Category

Lifestyle

Category

It’s Senegal day ! Je souhaite une bonne fête nationale à mes compatriotes sénégalais.e.s ! C’est nous les champions d’Afrique.

Le 4 avril marque la fête nationale du Sénégal ! L’occasion de mettre mon pays à l’honneur ici.

J’ai beau avoir été naturalisée française et avoir renoué avec mes origines béninoises grâce à Ibilola (j’en parle ici), le Sénégal sera toujours le premier dans mon coeur.

Voici 5 choses qui me rendent heureuse en tant que sénégalaise :

La solidarité

Quelque soit l’endroit, les sénégalais.e.s se réuniront toujours pour soutenir. Lorsque je suis arrivée en France par exemple c’est la soeur d’une collègue d’une tante qui m’a hébergée le temps que je trouve un logement. Elle ne connaissait ni ma tante ni ma maman. Elle m’a simplement accueillie comme un membre de sa famille.

Ceci rejoint le sens de l’hospitalité. La fameuse Teranga sénégalaise que nous cultivons au quotidien.

La gastronomie

Notamment le fameux thiep notre plat national inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis peu. Attention je ne parle pas de celui de Quitoque hein. Vous avez la réf’ ?

La musique

Ah le mbalaxx qu’on intègre dans tous les styles internationaux du rap à la salsa en passant par le zouk. Des champions je vous dis ! En ce moment j’écoute Viviane Chidid, Bass Thioune et Rich Waneh.

Les séries

Ohlalala ce n’est un secret pour personne que je voue un culte à nos télénovelas en wolof.

Maîtresse d’un homme marié, Karma, Impact sont mes préférées. Vous les trouverez sous-titrées sur Youtube.

La ferveur autour du football

Sadio Mané , Aliou Cissé et l’équipe nationale de foot qui font notre fierté ! Vivement la prochaine coupe du monde les gens !

Et vous ? Que savez-vous à propos du Sénégal ? Quand avez-vous prévu de vous y rendre ? 🤔

Le boubou que je porte est signé Fancybytim ! C’est la tenue traditionnellement portée au Sénégal. Elle est remise au goût du jour par la nouvelle génération de créatrices qui font des merveilles !

J’ai été coiffée par @Maninainstitut , maquillée par @Studioamakeup et photographiée par @i.k.t_photography au Monument de la Renaissance à Dakar.

Pour aller plus loin
Découvrir www.ibilola.com ma ligne de vêtements grande taille en Wax
Commander mon livre Fière d’être moi-même, Ed. Leduc à la Fnac ou sur Amazon
Me suivre sur Instagram
Rejoins la communauté sur Facebook
Discutons sur Twitter
J’ai quelques vidéos sur YouTube

Si vous me suivez sur Instagram vous savez que je fais appel à un coach sportif avec lequel je travaille en ligne depuis plusieurs mois maintenant. 

Plus précisément depuis le 4 avril 2021. Je m’en souviens parce que c’était le jour de Pâques et de la fête nationale du Sénégal. 

Je suis si heureuse de revenir ici avec un article plein d’entrain après mon unique article du mois de mars ! J’ai été très occupée mais je vous raconterai ça plus tard.

Allez ! C’est parti pour mon aventure de future sportive de haut niveau !

Comment tout a commencé

Mon coach s’appelle Willy Molongo et j’ai pris contact avec lui sur les conseils de Stéphanie Zwicky dont je suivais les aventures sportives depuis quelques années. 

Si je dois faire un bilan personnel de ces derniers mois, je peux affirmer que démarrer ce coaching a été la meilleure décision que j’ai prise en 2021.

Pour en revenir à la genèse de ma démarche : fin mars 2021 j’étais épuisée moralement et physiquement.

Je venais de terminer près de 3 mois de promotion de mon livre Fière d’être moi-même, Ed. Leduc ainsi que de shootings notamment de longues journées de tournage avec Garnier. 

Honnêtement je n’étais pas en grande forme physique. Je me sentais rouillée et ressentais vraiment les effets des mois de confinement. 

J’étais douloureuse, ma sciatique qui allait et venait comme si elle avait pris un abonnement illimité dans mon corps me faisait souffrir. 

Je me suis rendue compte que je n’appliquais tout simplement pas les conseils que je partage avec vous ici. Je n’avais pas été très positive avec la relation que j’avais avec moi-même car je ne m’écoutais pas lorsque j’étais crevée. 

Fixer des objectifs clairs et précis

Je me souviens m’être posée, avoir pris mon carnet, un stylo et noté :

« Qu’est-ce que je veux pour moi ? » 

Il était nécessaire de poser cela car j’avais passé ces semaines en représentation pour faire plaisir à tout le monde et pas vraiment à moi-même, Gaëlle la personne, pas l’entrepreneur ni l’autrice. Juste Gaëlle. 

« Retrouver la forme » venait en tête de la liste. 

J’ai ainsi fini par prendre contact Willy dans un mail très formel comme j’en ai le secret. 

Nous avons ensuite échangé par téléphone. Il m’a expliqué sa façon de travailler et m’a demandé mon objectif.

Je lui ai précisé que « je souhaite retrouver la forme et de la mobilité. » 

Je précise que je nourrissais énormément d’a priori sur le coaching sportif car sur internet je vois trop d’encouragements à la culture des régimes or cela ne m’intéresse pas. 

J’ai été contactée par plusieurs coachs par le passé dont le but était de me faire perdre du poids et de pouvoir ajouter des photos « avant/après » de mon corps à leur palmarès ! 

No thank you. 

Nous sommes donc partis sur des bases claires et saines niveau objectifs. 

S’en remettre à l’autre

Le fameux 4 avril, lors de la séance « test », Willy a pu évaluer mon niveau, mon cardio et à quel point celui-ci était inexistant

Il m’a par ailleurs conseillé des séances de chiropraxie car je semblais avoir un souci à la hanche. 

Me voilà donc depuis cette date face à mon téléphone 1 fois par semaine pour ma séance. 

Willy commence toujours en me demandant comment je me porte. 

C’est la porte ouverte à la litanie des plaintes et de mes petits bonheurs. Cela lui permet d’orienter la séance, ceci toujours dans la bienveillance

Un jour où je pleurais car j’avais réussi des exercices sans m’arrêter, il m’a dit « tu peux avoir confiance, ce qui se passe en séance reste entre nous. » 

Je le trouve humain, jovial, encourageant et soucieux de mon bien-être. 

Ce que j’apprécie dans le coaching en ligne

1 an après mes première séances, j’ai enfin suffisamment de recul pour partager mon retour sur la question. 

  • Pas de contrainte de lieu. La séance se fait là où je me trouve. Chez moi en France ou quand je suis à Dakar, Atlanta et même Cotonou récemment ! 
  • Pas de matériel nécessaire : une chaise, des bouteilles d’eau. Il fallait néanmoins une tenue de sport dont une vraie brassière. 
  • Le flexibilité : le coach s’adapte à mon agenda pour prévoir la séance 
  • L’exclusivité : la séance m’est dédiée avec un programme adapté à mes capacités. Ce n’est pas une séance pré-enregistrée avec un rythme impossible à suivre.
  • La motivation : mon coach est mon best cheerleader !! 
  • L’ambiance : c’est vraiment important pour moi que le coach soit de bonne humeur et rigole à mes blagues hein 
  • L’écoute : comme je l’écrivais plus haut, c’est un véritable accompagnement. 

Comment je me sens ? 

Beaucoup mieux et FORTE. Je sens que j’ai de la FORCE. Oui je crie car je suis émue en écrivant ces mots.

Après la séance je ressens toujours un boost de motivation. 

J’ai aussi pris confiance en moi en ce qui concerne mes capacités physiques. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai accepté de participer aux différentes activités du festival Adidas Sisters dont les images sont ci-dessous.

Par ailleurs, j’ai assez vite ressenti moins de douleurs, une meilleure mobilité et un moral qui remontait en flèche ! 

Ne vous y méprenez pas : j’ai aussi des courbatures selon les séances hein ! 

Je n’ai pas non plus développé un amour particulier pour le sport. En revanche j’attends mes séances avec impatience car comme lorsque je vais chez ma psy, je sais que c’est mon moment À MOI

Je m’écoute beaucoup plus et arrive à identifier les points de douleur, ce qui se joue lorsque je ne bouge pas ou ne pense pas à m’étirer durant la journée.

Quand je travaille et que je suis concentrée, je suis capable de rester assise durant de longues heures. No bueno ! Je ne sais pas si cela vous arrive aussi mais l’effet kiss cool peut-être violent !

J’ai profité du passage à Paris de Willy il y a quelques mois pour une séance en présentiel. C’était sympa mais honnêtement la flexibilité que m’apportent les séances à distance convient plus à mon mode de vie.

Le look du jour

J’ai une jolie collection de vêtements pour le sport ! J’essaierai de les mettre en scène dans un Reels ou sur tiktok lorsque les températures seront plus agréables pour créer du contenu en extérieur.

Voici ce que je porte sur les photos :

Brassière de sport Grand Maintien Kate de la marque Ulla en vente ici.

Short legging Asos en vente ici

Baskets Adidas

Les photos ont été prises dans ma chambre de l’hôtel Pullman à Dakar par @i.k.t_photography.

Avez-vous déjà fait appel à un coach sportif ? testé le coaching en ligne ? Est-ce une démarche qui vous intéresse ? 

En tous cas moi je recommande ! 

Ceci peut être intéressant aussi pour les personnes qui aimeraient pratiquer une activité physique mais qui n’osent pas franchir la porte d’une salle : pour tout un tas de raison. Faire appel à un coach peut aider à y aller tout doucement et à préserver sa santé mentale. Il est vrai que cela peut être source d’angoisses de devoir se mouvoir dans l’espace public…

N’hésitez pas à laisser vos questions en commentaire ou à contacter Willy si vous souhaitez plus de renseignements ! Il est sympa vous verrez !

*Cet article n’est nullement une publication sponsorisée. Je paie mes séances de coaching.

Pour aller plus loin
Découvrir www.ibilola.com ma ligne de vêtements grande taille en Wax
Commander mon livre Fière d’être moi-même, Ed. Leduc à la Fnac ou sur Amazon
Me suivre sur Instagram
Rejoins la communauté sur Facebook
Discutons sur Twitter
J’ai quelques vidéos sur YouTube

Je séchais un peu pour le titre de ce billet et finalement ce dicton trouvé en ligne correspond parfaitement à mon état d’esprit : veiller sur moi-même en toutes circonstances.

Self-care et célébration

Si vous me suivez depuis un moment et/ou avez lu mon livre Fière d’être moi-même, Ed. Leduc , vous savez que le mois de mars est assez compliqué pour moi.

J’ai perdu ma grande soeur et ma cousine durant ce mois. Ibilola le 1er mars et Myvonne le 27 mars.

Un mois durant lequel je suis plus ou moins angoissée selon les années.

Tantôt au bord des larmes, souvent revivant des flashs de ces moments sombres.

J’aimerais appréhender ce nouveau mois dans la célébration. Celle de la joie de les avoir connues, de pouvoir témoigner des merveilleuses âmes qu’elles sont et de sourire d’anecdotes à leur sujet.

L’actualité est assez angoissante comme ça. Je travaille donc à m’alléger moralement et à entrer dans ce mois de mars avec de la joie.

Cette célébration commence d’ailleurs maintenant !

Ibilola a 5 ans

Ibilola est la première ligne de mode grande taille en Wax et c’est ma plus grande fierté !

Je lui ai donné le prénom Yorouba de ma défunte grande sœur et j’ai le sentiment d’avoir fait le bon choix.

Ces 5 dernières années furent pour moi un temps de formation sur un métier passionnant !

5 années de rencontres enrichissantes !

De croquis en prototypes et d’essayages avec Mélody, de choix (et galères) de tissus avec Jeannine et Ousmane, de coutures entre les ateliers de Sidonie et Jean, de logistique avec Christian et Saaro, de photos entre Cotonou et Paris en passant par Dakar… de création de contenus.

5 années avec VOUS ! Mes Babes of Ibilola ! Paris, Tokyo, Helsinki, Los Angeles … come on !!!

Dire qu’au départ je voulais juste faire mes petites jupes en Wax tranquillement dans un coin ! Et voilà que vous avez porté cette marque avec moi jusqu’ici et au-delà de mes rêves.

Vous répondez présentes à chaque fois et je vous en remercie parce que gars !!! Ce n’est pas fun tous les jours hein !

Merci infiniment à chaque personne qui contribue au succès d’Ibilola (Ramata, Jessica…).

Sachez que je suis une vraie peureuse hein ! Chaque nouvelle étape me fait trembler mais j’y vais.

Je plonge même dedans car je sais qu’il n’y a pas d’échec, il n’y a que des victoires retardées.

On plonge ensemble pour les 5 prochaines années ?

Découvrez l’équipe d’Ibilola dans cette publication.

Look du jour featuring Ibilola

C’est sans doute l’un de mes looks préférés car il allie des pièces soit difficiles à trouver en grande taille soit tout simplement interdite au dressing des femmes rondes.

Evidemment, on envoie tout valser ici n’est-ce-pas ?

Mention spéciale à la nouveauté de chez Ibilola. L’imprimé SOYO que vous découvrez sur le kimono en longueur maxi.

Vous pouvez d’ailleurs pré-commander votre pièce préférée dans cet imprimé ou un autre sur l’e-shop d’Ibilola.

Comme toujours : les stocks de tissus sont limités et ce n’est pas une blague !

Le reste de la tenue vous connaissez non ? Mon fameux short déjà vu ici avec les collants d’ailleurs.

Le top merveilleux qui sort du col roulé basique est en rupture de stock chez asos et les baskets sont d’une ancienne collection de La Redoute.

Et voilà ! Vivement le printemps !

Je vous souhaite un joli mois de mars.

Le moral revient de mon côté (peut-être parce que j’ai acheté un billet d’avion il y a quelques heures ?)

Les photos sont de Lorna Dee avec Sandra Tèvi au maquillage.

Pour aller plus loin
Découvrir www.ibilola.com ma ligne de vêtements grande taille en Wax
Commander mon livre Fière d’être moi-même, Ed. Leduc à la Fnac ou sur Amazon
Me suivre sur Instagram
Rejoins la communauté sur Facebook
Discutons sur Twitter
J’ai quelques vidéos sur YouTube

Au moment où je commence ce billet pour vous parler de ce qui me rend vraiment heureuse aux États-Unis, je suis encore du côté d’Atlanta chez mon grand frère. 

Il est 14h25 et ma nièce et homonyme Mia va bientôt rentrer de l’école et faire chavirer mon cœur une énième fois depuis sa naissance. 

J’imagine que je terminerai et publierai cet article à mon retour en France. 

Alors entrons dans le vif du sujet ! 

Après des vacances ratées durant les fêtes de fin d’année (j’ai été recalée des États-Unis à l’enregistrement ! Une histoire de chemin vaccinal incomplet pour entrer dans le pays alors que valable partout ailleurs), me voici donc de retour dans l’état de Géorgie pour revoir Les Prudencielles, alias mes nièces

Je me sens si bien quand je suis aux USA. Ce pays est problématique sur bien des sujets et à la fois vecteur de libération incroyable pour moi. 

Ici je me sens sereine, incluse et acceptée partout où je me trouve. 

Alors ce qui me rend heureuse évidemment : 

La famille

Passer du temps avec ma famille, notamment mes nièces qui me comblent de joie ! Je n’arrive pas à décrire toutes les émotions que j’ai ici. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de prendre part à la fête d’anniversaire d’Emma qui a eu 11 ans. Nous sommes allé.e.s dans une salle de jeux avec ses ami.e.s. Une première pour moi ! (Surtout que je ne suis pas particulièrement enjouée d’être au milieu d’enfants et du bruit habituellement). Nous avons ensuite organisé un barbecue à la maison. C’était super et les températures particulièrement agréables pour rester dehors en plein hiver avec un bon feu pour se réchauffer.

Parlons inclusivité et body positive

Autre chose qui me rend heureuse ici c’est la notion d’inclusivité ! Non vous n’êtes pas prêt.e.s ! En faisant du shopping chez Target par exemple je suis tombée sur le rayon équipement sportif. Mon regard a été attiré par leur collaboration avec Popsugar (un média en ligne) et les visuels avec une femme absolument pas mince ! Ceci est l’un de mes combats ! Vive les représentations diverses d’un corps en mouvement sans qu’il ne soit pour autant normé ! Ceci participe réellement de l’idée de se départir de l’idée de faire du sport pour perdre du poids ! 

Niveau cosmétiques c’est le bonheur total ! Il y a quelques années je me fournissais exclusivement en produits capillaires lors de mes séjours en Amérique. Il y a toujours un rayon entier avec différentes propositions. Pas seulement 2 marques obscures qui se battent en duel dans un rayon de supermarché hein. Non un rayon entier avec des marques qui ont pignon sur sur rue comme d’autres plus confidentielles. Ceci vaut aussi pour le maquillage. C’est clairement un bonheur. 

Representation matters

Toujours durant ma session shopping, j’ai découvert des rayons dédiés « Black History Month » et là j’étais particulièrement émue ! Que ce soit à Target ou chez Bath & Body Works pour ne citer que ces enseignes :  iels ont pris le temps de collaborer avec des créatifs noir.e.s ! Leur travail a été si bien mis en avant et les visuels si beaux. Oui c’est du marketing mais un vrai marketing soucieux de l’humain et sans faux semblant. Bon eh bien je suis ressortie avec un livre pour mes nièces, un carnet comme si je n’en avais pas déjà, des bougies, bref ! Marketing je vous dis. 

La collection Black history month chez Bath & Body Works

Cette représentation, je la ressens jusque dans les médias notamment à la télévision.

J’ai fait le plein de séries et films lorsque le décalage horaire me rendait maboule. J’ai encore une fois noté à quel point la réflexion est poussée au delà de la diversité et de la question des quotas. 

Quel bonheur de regarder par exemple Single black female avec Amber Riley (la star de Glee) et Raven Goodwin (Being Mary Jane). Ces comédiennes sont noires et grosses. Ceci n’était d’ailleurs pas un sujet dans l’intrigue. Je me suis demandé si ce type de production pourrait arriver en France un jour. Est-ce qu’on pourrait atteindre l’idée qu’une actrice grosse par exemple joue un rôle où il n’est pas question qu’elle perde du poids pour être intéressante voire désirée ? Seront-elles toujours cantonnées au rôle de la meilleure amie rigolote ou encore l’accro au sexe dont le corps est systématiquement fétichisé ? I don’t know ! 

Sinon le film était sympa. C’est un bon petit film de l’après-midi ! Je trouve que le titre peut porter à confusion par rapport à l’intrigue.

Source Lifetime

Le paradis de la mode grande taille

Comment vous parler d’un séjour aux États-Unis sans faire l’éloge du shopping mode grande taille ? Oui je sais ! Le bonheur à l’état pur. 

Le seul pays au monde où je prends plaisir à faire du shopping en magasin c’est bien là bas ! 

Que ce soient les visuels, les messages positifs dans les cabines d’essayage, les cabines d’essayage énormes, tout me plaît !! 

Le top c’est évidemment la taille des vêtements qui me vont vraiment !

Je trouve toujours mon bonheur, notamment côté lingerie. Vous imaginez un peu entrer dans un magasin avec un rayon lingerie dans lequel vos gros seins entrent dans tous les modèles ? Sans oublier que vous pouvez carrément repartir avec un ensemble car les culottes sont aussi pensées pour votre postérieur ? Come on !! C’est un truc de fou. 

Les collections de maillot de bain chez Target

Les enseignes où je vais principalement : Torrid et Lane Bryant (qui livrent dans le monde). L’un pour son rayon chaussures pieds et mollets larges (en plus des collections mode et accessoires) l’autre pour Cacique, sa ligne de lingerie dédiée.

En ligne je ne sais pas me canaliser lorsque je suis sur l’e-shop d’Eloquii. Je vous ai d’ailleurs expliqué la marche à suivre pour passer votre commande dans ce billet.  

Autre e-shop : REBDOLLS que j’ai pour la première fois testé. J’ai adoré ! La marque livre aussi dans le monde. Vous pouvez commander les yeux fermés. Ça va jusqu’au 5XL soit un bon 58/60 voire plus car c’est extensible. 

J’ai essayé de me canaliser avec le shopping. Déjà parce que je suis devenue adulte depuis mon dernier séjour et que je pense à épargner hahaha et aussi parce qu’honnêtement je ne manque pas d’habits surtout depuis que j’ai créé Ibilola, ma ligne de mode grande taille en Wax. Soyons un peu sérieuxses. 

Pour vos achats côté mode grande taille : ne négligez pas les grandes surfaces comme Target et Walmart mais aussi Ross, Marshalls, TJ Maxx, Macy’s, Nordstrom. Il y en a pour toutes les bourses avec des soldes assez régulièrement.

En réalité, mon plaisir ce n’est même pas de faire du shopping mais surtout le lèche vitrine et le bonheur de me sentir bien ! Ceci sans doute parce que l’accueil est toujours agréable en magasin alors forcément tu y prends du plaisir.

Je ne me suis jamais sentie hors-norme même dans  les enseignes de vêtements où il n’y pas ma taille.

J’ai de sales souvenirs de shopping dans certaines enseignes françaises alors je ne vous dis pas le traumatisme hein !

Chaque client.e est chaleureusement accueilli.e.

En réalité les Etats-Unis me réconcilient avec le fait d’être dans l’espace public et de prendre ma place.

Je peux d’ailleurs porter ce que je veux sans me poser de questions sur le regard des gens. Certes je me sens assez libre dans mon corps au quotidien lorsque je suis en France, ici c’est un level au dessus. Je ne me sens jamais « hors-norme ». 

C’est quand même un comble pour l’autrice d’un livre où il est question de s’accepter quand on n’entre pas dans les normes de la société. 

Vivre pleinement dans l’espace public

Aux Etats-Unis je prends vraiment ma place sans avoir peur de prendre de la placE. Les voitures par exemple sont grandes alors je ne me contorsionne ni pour entrer ni pour sortir. On en parle de la largeur des ceintures de sécurité ?

Ceci vaut aussi pour les bancs publics ! Vous savez dans beaucoup de villes de France, les bancs aux abribus ne sont pas fat friendly. Ceci pour éviter au départ que les sans-abris ne puissent s’y coucher. Cette absurdité entraîne que les personnes grosses ne peuvent pas toujours s’y asseoir. En Amérique, je ne pense donc jamais à la taille de mon fondement lorsque je dois m’asseoir quelque part. C’est uniquement lorsqu’on y est qu’on s’en rend réellement compte.

Là je voulais montrer un banc public mais admirez quand même la longueur de mes ongles !

I will be back

Je suis rentrée en France le week-end dernier. Je profite des effets du décalage horaire pour terminer ce billet et le publier. 

Ce séjour m’a fait énormément de bien. J’ai pris le max d’énergie auprès de mes nièces. J’ai pris le temps de me reposer et de pousser la réflexion sur la façon dont je pourrai retrouver de la joie dans ma vie parisienne. Ou alors est-ce le moment de m’envoler pour de bon vers de nouveaux horizons ? On en discute dans cette publication sur Instagram. Vivement que j’y retourne !

En tous cas j’espère que ce billet vous servira lors de votre prochain séjour aux États-Unis sachant qu’il y a encore tant à faire et découvrir ! 

La photo de couverture de l’article est issue de mon shooting pour Reebok x Cardi B. Il était question de créer du contenu autour de cette collection avec la rappeuse new yorkaise. J’ai pris beaucoup de plaisir à travailler dessus. Je vous laisse découvrir le Reels ci-dessous créé à cet effet.

Pour aller plus loin
Découvrir www.ibilola.com ma ligne de vêtements grande taille en Wax
Me suivre sur Instagram
Rejoins la communauté sur Facebook
Discutons sur Twitter
J’ai quelques vidéos sur YouTube

Résumer 2021 en 12 moments clés : je n’imaginais pas que c’était possible mais j’ai essayé de le faire. J’aime cette tradition de rédiger un bilan de l’année écoulée et formuler par la suite les voeux pour celle à venir.

Je suis assise dans ma chambre à Dakar là où tout a commencé pour cette année. Je ne vais pas vous mentir : je suis arrivée épuisée chez ma maman. Tellement épuisée que j’ai gardé le lit durant les premiers jours de mon séjour.

Le médecin m’a fortement conseillé de ne pas reprendre l’avion tout de suite alors je suis en train de modifier mon billet retour.

Je reste néanmoins pleine de gratitude pour cette année. Je peux objectivement dire que c’était une belle année notamment parce que j’ai réussi à régler une énorme dette qui me pourrissait l’existence depuis des années. Je l’ai entièrement réglée et c’est un tel soulagement.

Si d’un point de vue personnel c’était une année en dent de scie, professionnellement c’était une année au top. J’espère que ce cercle vertueux dans lequel je suis continuera de s’élargir.

J’ai dead ça en 2021

Le livre, la promo, le mannequinat

Cette année a été marquée d’abord et avant tout par Fière d’être moi-même, mon premier livre paru aux Éditions Leduc en janvier avec une sacrée promotion et énormément de presse. J’en ai tellement le tournis que j’ai arrêté de répertorier les parutions. 

Si vous avez déjà lu mon livre et l’avez apprécié, puis-je vous demander de laisser une évaluation sur lequel vous l’avez acheté SVP ? C’est vraiment très important pour son référencement et sa pérennité.

En février il y a eu ce moment magique et hors du temps sur la scène des Victoires de la Musique avec Yseult et des talents incroyables ! Je vous en ai parlé dans ce billet. C’était si fort ! Si puissant !

Le mois de mars a été rythmé par Garnier : casting, fittings, shooting, tournage entre Paris et Marseille. Une expérience folle et mon premier vrai contrat en tant que mannequin. C’était une sacrée découverte pour moi que cette expérience.

Du mois d’avril je retiendrai l’interview que j’ai donnée au média Fraiches. Il s’agissait de mon témoignage sur la grossophobie qui »r cumule plus de 2 millions de vues à ce jour. 

Le printemps et ses jolies promesses

En mai évidemment rien ne compte à part le 29 mai : jour de la commémoration de ma naissance 😎. Je suis d’autant plus heureuse que les photos prises pour cette journée spéciale ont été publiées dans le magazine Gala avec une magnifique interview à lire ici.

Juin : réception après moultes péripéties de l’unique collection d’Ibilola pour cette année. Un casting de Babes au top ! Vous pouvez lire le bilan d’Ibilola dans ce billet si vous l’avez manqué.

Photo de Wilfrried Santanna – Abidjan juin 2021

Jouer les prolongations pour l’été

Comment évoquer le mois de juillet sans le bonheur d’avoir ENFIN réussi à organiser la pool party dont je rêvais depuis tant d’années ? Un moment magique et inoubliable avec vous ! Merci pour la confiance ! J’avais rédigé un billet à ce sujet par ici.

Photo de Lorna Dee

En août c’était Dakar où je me suis essayée à la peinture ! Cet épisode mérite sa place dans le Reels que j’ai publié sur Instagram. Je me suis aussi ressourcée et pour la première fois éloignée pendant plusieurs semaines de Paris.

Septembre j’étais en boucle à la télévision au moment des coupures publicitaires avec le spot pour Garnier ! C’est une sensation vraiment particulière que de me voir dans un spot sur la beauté. Moi qui n’entre pas dans les fameux standards de cette industrie. Enfin ça bouge et j’ai le sentiment que des lignes ont réellement bougé cette année. J’espère qu’il n’y aura pas de retour en arrière !

Le blues

En octobre j’étais déprimée. J’ai travaillé. En mode pilote automatique. Je n’ai pas trop de souvenirs de ce mois à moins de consulter les archives de mes Stories. Heureusement que j’ai réussi à remplir mon réservoir du kiffe.

J’ai aussi eu le plaisir de voir le documentaire de Rokhaya Diallo dans lequel j’ai participé être diffusé sur France 3. Je ne sais pas si le replay est toujours disponible. Je ne peux accéder à la plateforme depuis l’étranger.

En novembre j’avais besoin de me challenger et de sortir de ma zone de confort alors j’ai organisé le premier pop up store d’Ibilola. Vous avez répondu présentes. Encore une fois. Merci 🙏 

Ce que je retiens de 2021

Il manque tant de moments dans ce récap, comme ma première campagne avec Yves Saint Laurent Beauté qui a entraîné la signature d’un contrat d’ambassadrice dont je vous ai parlé ici !

Les séjours en Martinique et en Côte d’Ivoire, le voyage presse avec Rochas, l’Allemagne avec Purelei, les parutions dans je ne sais combien de médias ! Oh come on ! Le tournis je vous dis. 

Cette année se termine avec un très beau partenariat. Celui que j’ai signé avec la Banque publique d’investissement (BpiFrance) dans le cadre du programme Entrepreneuriat pour tous.

A cette occasion, l’équipe de Konbini a consacré le dernier épisode de sa série SOLIDES à mon travail. Une belle manière de clôturer cette année de tous les possibles.

Je peux affirmer que la persévérance et la ténacité finissent par payer. Le travail est nécessaire. Croire en soi est primordial. 

J’ai aussi réalisé à quel point je sais m’adapter à toutes les situations malgré qu’il m’arrive de beaucoup trop réfléchir !

Je vous remercie encore de continuer à me suivre et à m’encourager après toutes ces années.

Ce que je souhaitais lorsque j’ai décidé de professionnaliser mon activité sur internet en 2016 c’était de réussir à « inspirer » les autres. Prouver que malgré les bâtons qu’on peut nous mettre constamment dans les roues, il est tout à fait possible d’atteindre sa vision de la réussite.

Je compte bien continuer ! A bon entendeur !

See you en 2022 !

our aller plus loin
Découvrir www.ibilola.com ma ligne de vêtements grande taille en Wax
Me suivre sur Instagram
Rejoins la communauté sur Facebook
Discutons sur Twitter
J’ai quelques vidéos sur YouTube

Hello mes beauté.e.s ! Je profite d’être particulièrement de bonne humeur et pleine d’entrain aujourd’hui pour partager ces quelques lignes avec vous. Nous sommes ici entre le bilan du mois qui vient de s’écouler avec ce que je mets en place pour vivre sereinement le dernier trimestre de 2021. L’écriture thérapeutique : le retour !

Ce mois d’octobre a été vraiment très spécial niveau énergies négatives pour moi.

Je suis rentrée de Dakar, j’ai perdu 20° d’un coup et avec cela mon moral en chute libre.

Réaliser que ma maman et ses soeurs prennent de l’âge et que je rate de bons moments avec elles me fend le coeur à chaque fois que je dois revenir en France. Les séjours se terminent avec la réflexion « et si je rentrais pour de bon ? » C’est une réflexion qui se fait de plus en plus présente et même pressante.

J’aime pourtant ma vie en France. Mon indépendance, le métier que j’ai créé de A à Z et dans lequel je m’épanouis complètement.

La réalité est que je ne vais pas « rentrer » du jour au lendemain, sur un coup de tête. C’est la raison pour laquelle, passée la période de déprime automnale grâce notamment à une séance chez ma psy pour poser tout ça, me voilà de retour à la vie parisienne pour continuer à vivre mes rêves. C’est bien de cela qu’il s’agit.

Sans m’en rendre compte, ce mois d’octobre a été jalonnée de pleins de petits moments de bonheurs qui me permettent d’aborder le mois de novembre avec une belle énergie positive.

Remplir son réservoir du kiffe

Voici une bien belle expression que mon amie Morènikè a employée ce matin alors que je lui disais que je me sens particulièrement bien aujourd’hui. 

Cela m’a menée à réfléchir sur ce que j’ai fait concrètement pour reprendre du poil de la bête et retrouver la Gaëlle motivée et enjouée que je suis.

1.Prendre soin de soi : de l’intérieur vers l’extérieur

J’ai décrété qu’octobre était officiellement mon mois de rentrée !

C’est donc durant ce mois-ci que j’ai pris tous les rendez-vous médicaux nécessaires : le gynécologue (frottis tout ça, on adore !), la podologue, l’endocrinologue, la psychologue, le chiropracteur.

Bref, j’ai décidé que remplir ma mission nécessitait d’être réellement en forme !

J’ai même remarqué que j’attends désormais avec impatience ma séance de sport avec le coach sportif ! Au bout de 6 mois, il était temps non ? En tous cas moralement et physiquement je me sens tellement mieux. Mon programme de remise en forme mérite que je lui réserve un billet de blog à part entière. Je reviendrai donc dessus dans quelques semaines.

J’ai par ailleurs commencé à mettre en place un rituel de coucher qui consiste à laisser mon téléphone au salon et ne plus m’endormir après avoir passé du temps dessus. Je l’ai substitué à un livre. Ma lecture du moment est « Indomptée » de Glennon Doyle paru chez Leduc, mon éditeur . J’essaierai de vous en reparler.

J’avais vraiment besoin de réguler mon sommeil pour être plus efficace en journée.

2. Réapprendre la bienveillance envers moi-même

A Dakar, étant sans cesse au contact d’autres êtres humains, je passais moins de temps sur mon téléphone, notamment les réseaux sociaux. Cela tombait bien : j’étais en vacances !

J’avais donc moins la possibilité de voir la publication des « autres ».

Eh bien, rentrer et être à nouveau constamment seule chez moi a entraîné que ma consommation des écrans a augmentée de 20% (c’est l’iphone qui le dit).

J’ai en outre remarqué que je recommençais à « comparer » ma productivité à celles des « autres ».

C’est tellement toxique ! Heureusement que j’ai vite capté le truc.

La bienveillance envers moi passe par le fait de ne pas me comparer aux autres et de me concentrer sur moi. Come on Gaëlle !

Au mois d’octobre le spot publictaire pour Garnier dans lequel j’ai tourné a commencé à être diffusée dans plusieurs pays dans le monde, j’ai donné une allocution lors du salon organisé par la Banque publique d’Investissement au milieu de l’Accor hôtel Arena, j’ai shooté une campagne publicitaire pour une jolie marque de lunettes, créé du contenu pour mes contrats d’influence en cours, signé de nouveaux contrats pour 2022 et le documentaire « La parisienne démystifiée » de Rokhaya Diallo a été diffusée sur France 3. J’ai la chance d’être l’une des protagonistes de ce documentaire.

Non mais sérieusement ! Gaëlle c’est le moment de te féliciter en fait !

Note à moi-même : écrire chaque victoire (petite, grande) sur un petit bout de papier et le mettre dans une boîte. Je ne sais pas pourquoi j’ai arrêté de faire ça alors que ça marche.

Cela boost bien niveau confiance en soi ! Je vous le recommande vivement.

En fait c’est à cela que je voulais venir : prendre le temps de se féliciter.

3. Dire OUI à (presque) TOUT

En octobre j’ai dit OUI aux invitations, retrouvailles, brunchs, anniversaires, dîners.

Autant j’aime le confort de mon appartement, mes séries romantiques sur Netflix (hâte de la reprise des films de noël), autant mes ami.e.s m’ont énormément manquée !

« Avant » la pandémie je sortais beaucoup, j’avais une vie sociale assez intense et j’étais tout le temps en mouvement. Honnêtement les confinements ont beaucoup joué sur mon moral et ma capacité à interagir avec beaucoup de monde en même temps. Je suis heureuse de pouvoir à nouveau sortir dans une ambiance « quasiment » normale.

Mes ami.e.s en sont pour la plupart des ami.e.s d’enfance et du collège au Sénégal. C’est aussi ma famille, celle que je me suis créée ici.

Avec ma notoriété grandissante, avoir des relations avec personnes qui n’ont aucun lien avec mon travail est vraiment précieux.

Je me (nous) promets de nous revoir régulièrement. Tiens je vais organiser une soirée pyjama en novembre, voire un programme pour Thanksgiving. Voilà c’est décidé. J’en ai marre des relations via whatsapp ! Pas vous ?

4. Se forcer à déléguer

Le 22 octobre dernier, je célébrais mes 14 ans de blogging. Hey vous vous en rendez compte ? J’ai du mal à le réaliser.

Je suis tantôt créatrice de contenus, créatrice de mode, speaker, organisatrice d’événements, mannequin, logisticienne, webmaster, autrice, autant de casquettes que je porte selon les jours et qui me permettent de ne jamais m’ennuyer ni regretter mon choix.

Je ne suis néanmoins plus en mesure de gérer tout ceci toute seule. Déjà pour ma santé mentale et physique mais aussi tout simplement pour faire grandir mon entreprise et continuer à prendre du plaisir au quotidien.

J’ai la chance d’avoir un agent depuis un peu plus d’un an qui négocie mes contrats et traite le contenu de ma boîte mails (Thanks God !!). C’est déjà une grosse charge en moins pour moi car cela me permet de me concentrer sur mon projet et de ne surtout pas avoir à parler finances avec mes interlocuteurs.

Je sens que j’ai besoin d’aller plus loin pour mieux déléguer et publierai sans doute bientôt une offre de stage alors restez connecté.e.s. Je peaufine encore les contours de la mission pour réussir cette collaboration future.

5. Me fixer des objectifs réalisables

En mars 2016 , mes objectifs étaient de :

  • Professionnaliser et monétiser mon activité sur internet : on est good sur ça
  • Créer ma marque : hey Ibilola
  • Ecrire mon premier livre : coucou Fière d’être moi-même, Ed. Leduc
  • Organiser des événements (notamment une pool party body positive) : Curves & Cocktails baby !!

Je me souviens qu’à l’époque je pensais réussir tout ce la en quelques mois. Quelle naïveté franchement ! Mon évolution s’est faite en plusieurs années à force de persévérance, de détermination et d’échecs. C’est complètement fou en fait car je suis tellement la tête dans le guidon qu’il y a des moments où je perds de vue que « quand j’y vais pour moi ça marche vraiment » !

Réussir tout ceci entraîne quand même que je me mets parfois la pression du « toujours plus » alors que ce n’est absolument pas nécessaire. Et si je consolidais ce que j’ai déjà ?

Et si je profitais réellement de chaque instant comme j’aime le prôner en me mettant en position de récolter les fruits de mon travail ?

C’est pour cette raison que je compte bien ralentir le rythme sur certains aspects de mon activité en cette fin d’année.

Il n’y aura par exemple pas de nouvelle collection pour Ibilola mais j’organise The pop up le 6 novembre pour vous rencontrer et vous donner la possibilité de (re) découvrir ma marque loin des écrans.

Sachez que je sors vraiment de ma zone de confort mais lorsque je m’écoute, eh bien je suis si enthousiaste d’organiser cela, qui plus est avec des créatrices dont j’apprécie le travail.

J’espère que vous viendrez nombreuxses hein ! Vous pouvez encore vous inscrire gratuitement en cliquant ici.

En résumé « remplir son réservoir du kiffe » c’est propre à chacun.e mais surtout nécessaire alors je vous encourage vivement à le faire surtout en ce période morose là.

Le look du jour

Les photos qui illustrent ce billet datent d’il y a quelques heures. Gaëlle, ma presque jumelle a immortalisé cette tenue en sortant d’un brunch succulent. C’est assez rare que je porte du noir alors profitez hein !

Tout ce que je porte date d’il y a plusieurs collections. Sorry !

Je vous rappelle en revanche qu’il y a tout un billet pour trouver des collants grande taille par ici !

En route pour un mois de novembre rempli d’ondes positives !

Pour aller plus loin
Commander mon livre Fière d’être moi-même, Ed. Leduc
Découvrir www.ibilola.com ma ligne de vêtements grande taille en Wax
Me suivre sur Instagram
Rejoins la communauté sur Facebook
Discutons sur Twitter
J’ai quelques vidéos sur YouTube

Pin It
Translate »