Category

Mode

Category

Hello mes beauté, s’il y a bien un sujet sur lequel on a-do-re parler avec mes amies c’est l’amour, les relations amoureuses, les rencontres, de leur durabilité, la fin, la tristesse, les nouveaux départs.

En ce qui me concerne c’est un sujet qui me passionne.

Au delà de cela je trouve que c’est un sujet qu’on ne finit jamais d’explorer. C’est donc avec beaucoup de plaisir que j’aime partager dessus ici ou encore lors de la prochaine édition de Curves & Cocktails dont le thème est « s’aimer soi-même = mieux aimer l’autre ». Tous les détails de cette rencontre sont ici. Vous pouvez encore prendre votre place pour nous rejoindre le 15 février. Il en reste encore quelques une sur Eventbrite.

J’ai pour cette occasion tenu à inviter Hakima Ifri qui est coach professionnelle spécialisée dans les questions de la relation amoureuse. Une love coach qui anime régulièrement des ateliers intimiste pour aller à la rencontre de soi et explorer toutes les questions liées à l’amour et aux relations.

Comment en suis-je venue à consulter une love coach ?

Il se trouve qu’il y a quelques année j’étais très investie dans la question. Le sujet de rencontrer l’homme de ma vie m’intéressait tellement que ça en était presque devenu une obsession. J’étais quelque peu convaincue que ma vie se résumait me marier avoir des enfants comme. Coucou le patriarcat !

Spoiler alert : j’en suis revenue. J’ai compris que le mariage n’est pas une fin en soi. J’ai par ailleurs appris à m’aimer, à être bien avec moi-même et à faire de mon célibat un atout pour aller constamment à ma rencontre, me découvrir et me faire plaisir dans tous les sens du terme. A quelques jours de la Saint-Valentin, la perspective de passer cette journée sans Valentin est juste un non événement pour moi. J’en parle dans cet article d’ailleurs.

Comme je le disais, c’est néanmoins un sujet qui revient régulièrement sur le tapis. Il y a quelques années, une amie nous a parlé d’un atelier auquel elle avait participé grâce à une sortie via le site onvasortir.

Petit apparté : voici typiquement le genre d’initiatives qu’on peut prendre lorsqu’on est célibataire, qu’on n’ a pas forcément un groupe d’amis qui apprécie les mêmes activités que nous ou qui ont chacun une vie remplie par ailleurs, ou encore qu’on vient d’arriver dans une nouvelle ville. S’organiser des sorties via onvasortir ou Meetup c’est vraiment le pied !

Et donc cette amie nous a régulièrement parlé de ces fameux ateliers de love coaching qui avaient pour titre  » bilan amoureux, sortir du schéma répétitif «  « clarifier son désir désir amoureux, mieux définir le profil et la relation ». Tout un programme !

Vous me connaissez. Je suis curieuse. J’ai donc décidé de m’inscrire à l’atelier  » bilan amoureux, sortir du schéma répétitif ».

Comment se déroule un atelier de love coaching ?

Me voilà embarquant 2 autres amies dans cette aventure sachant que nous avons 3 profils complètement différents. L’une mariée avec des enfants très heureuse dans son couple et curieuse de découvrir cet atelier. Elle voulait se faire son petit kiffe et avoir du kongossa sur lequel débriefer plus tard (on se sait !) . L’autre amie sortait d’une relation longue, et désormais maman solo. Et moi ! La célibataire du groupe. En roue libre dans sa vie amoureuse.

A notre arrivée dans l’espace cosy qui nous était réservé pour l’atelier, la coach nous annonce que les deux autres personnes qui étaient censées être présentes venaient d’annuler leur venue. Nous serions donc finalement en comité très restreint entre nous pour cette découverte. Elle nous a confié que c’était la première fois qu’elle avait des amis qui venaient ensemble. D’habitude les gens n’ont pas trop envie de parler d’eux et de leur vie face à des personnes qu’ils connaissent. Cette configuration était assez inédite.

Pour commencer elle nous a mis dans une ambiance très bienveillante et nous a expliqué que dans le fonctionnement de ses ateliers elle souhaitait que tout le monde se sente libre de s’exprimer en revanche qu’elle attend à ce que il n’y ait pas de réflexion non sollicité, d’interruption pendant que l’une ou l’autre prendrait la parole. Il était aussi nécessaire d’éviter d’émettre un jugement sur le vécu des unes et des autres. J’ai vraiment apprécié cette démarche de poser les bases de la communication durant ce moment.

L’atelier a duré quatre heures nous avions différents exercices. Chacun était ponctué d’un petit témoignage, de questions, d’un temps de réflexion. Elle rebondissait régulièrement sur les différentes points que nous avions abordés.

Ce que j’ai retenu de l’atelier

C’était génial de partager cela avec des amies qui plus est de très longue date. Je me suis rendu compte que mine de rien nous avons à cette occasion pu nous découvrir autrement notamment notre parcours amoureux, une partie de notre histoire familiale. Nous n’avions en réalité jamais eu l’occasion d’évoquer ces questions ensemble. J’ai vraiment eu le sentiment de recevoir un cadeau en vivant ce moment de partage.

L’atelier spécifiquement sur les schémas répétitifs nous a permis de retourner sur notre histoire familiale et sur les relations de nos parents et des mécanismes qu’on avait développés suite à ce qu’on avait vu dans notre enfance et qui parfois entraînait le type de relation dans lesquelles on se retrouvait.

« Pourquoi j’enchaîne tel ou tel type de relations? » Nous sommes revenues sur des comportements vus dans notre enfance et que nous avons soit reproduits inconsciemment soit décidés de complètement casser et d’aller à l’encontre de ce que nous avions vécu parfois avec un certain rejet.

Ce que j’ai retenu de cet atelier : plus de confiance en moi.

Cela m’a aussi permis d’accepter mon histoire liée intimement à l’histoire de mes parents et des personnes qui m’ont élevée, J’ai aussi pris confiance en ce que je voulais, à ma place dans une relation, en ma valeur et la valeur que j’accorde aux personnes que je rencontre et à ce que je souhaite dans une relation.

Ce n’était pas l’atelier pour faire le point sur le profil amoureux. Malgré cela, j’ai l’impression qu’en sortant de là j’ai eu envie de prendre le temps de clarifier ce que je souhaite. Durant les mois qui ont suivi : les rencontres que j’ai faites étaient différentes. J’étais plus attentive à mes désirs, au sentiment de « déjà vu » et de ne pas vouloir reproduire.

Hakima Ifri est mon invitée spéciale pour le Curves & Cocktails du 15 février

Lorsqu’il a été question d’organiser une nouvelle édition de nos rencontres durant ce fameux mois de février qui est le mois de l’amour, j’ai voulu porter la conversation un peu plus loin qu’un tchit tchat moment entre girls.

J’aime beaucoup papoter, prendre des selfies et partager un bon repas. J’ai aussi envie de partager des expériences que nous n’avons pas forcément l’habitude de tenter pour différentes raisons : la timidité, la peur d’aller à la rencontre d’inconnus, la pudeur, la culture, la religion et j’en passe.

Avec le Curves & Cocktails j’ai à coeur de sortir des écrans, de vous rencontrer et d’apporter encore plus de valeur à ce que nous partageons au quotidien via les réseaux sociaux.

Je vous avoue que j’ai aussi hâte de partager cette journée avec vous au milieu de toute cette médiatisation que mon travail connaît en ce moment.

Là c’est un moment privilégié entre vous et moi dans un cadre que j’adore : celui du jardin d’hiver du C.O.Q Hôtel. Plus de détails sur Eventbrite.

Et vous ? Cela vous tenterait de consulter un « love coach » ? L’avez-vous déjà envisagé ? Ou alors ça vous passe complètement au dessus ? N’hésitez pas à me faire vos retours et partages d’expérience.

Les photos qui illustrent ce billet ont été prises par Capucine De Choqueuse. J’ai été maquillée par Sandra.

Je porte : Tee-shirt / Manteau / Jean /

Pour aller plus loin
Découvrir www.ibilola.com ma ligne de vêtements grande taille en Wax
Me suivre sur Instagram
Rejoins la communauté sur Facebook
Discutons sur Twitter
J’ai quelques vidéos sur YouTube

Hello mes beautés !

Comment allez-vous en ce mois de janvier qui paraît interminable ?

De mon côté, depuis quelques années, je profite du premier mois de l’année pour faire le point sur mon activité et poser mes intentions et objectifs pour l’année. On va dire que janvier c’est une sorte de répétition et que l’année commence vraiment en février.

J’aime cette idée de ne pas se mettre la pression en janvier avec du « new year new me » « voici mes résolutions pour la nouvelle année » qui seront oubliées dès la première difficulté. Nous vivons dans une société tellement guidée par la performance et la productivité que nous ne prenons même plus le temps de se demander ce que nous souhaitons exactement. Qui suis-je ? Où vais-je ? Que vais-je laisser sur cette terre ?

Pour ma part j’ai compris que les résolutions ce n’est pas mon truc. J’ai donc arrêté d’en prendre. Je me sens tellement plus légère ! Je fais de mon mieux. En toute chose. Je suis parfaitement imparfaite et c’est parfait comme ça.

J’ai commencé l’année complètement malade. J’étais par conséquent stressée à l’idée de ne pas réussir à travailler puis j’ai remis les choses en perspective et décidé de tourner cela à mon avantage. Repos et self-care au programme. C’était le moment idéal pour reprendre les séances chez ma psy puisque je limitais les déplacements vers Paris aux obligations professionnelles depuis quelques semaines à cause des grèves.

Nous travaillons en ce moment sur la perfection et le fait d’arrêter de se mettre la pression pour tout. « You are enough » : c’est sans doute l’une des notions les plus difficiles à appréhender pour moi. L’idée d’être imparfaite et de l’accepter tout simplement. Qu’en est-il pour vous ?

A l’heure où j’écris ces lignes : je viens d’apprendre le décès de la légende du basketball Kobe Bryant, de l‘une de ses filles et de 7 autres personnes dans le krash d’un hélicoptère. Je suis très triste. Ceci me fend le coeur d’imaginer ces familles endeuillées, comme des milliers de familles dans le monde me direz-vous. Proches ou célébrités j’ai de plus en plus de mal à gérer les émotions liées à la mort. Je ne sais pas si j’y arriverai vraiment un jour. Voici comment j’essaie en tous cas, en remontant « sur scène » comme je le racontais dans ce billet lorsque Myvonne nous a quittés il y a presque 2 ans maintenant.

Tout ceci me ramène inexorablement au décès de ma soeur. D’autant plus que 2020 marque les 25 ans de sa disparition. La douleur d’une famille, la difficulté de se relever, la vie qui reprend ses droits parfois merveilleusement malgré des moments de profonde tristesse. C’est dur et à la fois beau.

C’est beau cette vive émotion que des millions de personnes à travers le monde partagent. C’est beau à vivre cette humanité qui se révèle et qui s’exprime d’une seule voix.

Je ne sais pas trop comment terminer ce billet. Je vais donc m’arrêter là et vous laisse avec quelques photos de ma tenue. Elles ont été prises le week-end dernier à l’occasion d’une magnifique journée en compagnie de Danielle, Gaëlle et Marlène.

Connaissez-vous « La vie d’après », le podcast créé par Danielle ? Je vous invite à le découvrir ici.

Ma tenue est composée de de ce manteau en fausse fourrure qui m’a été offert par Asos (en vente ici). Il taille grand pour information. J’avais acheté le col roulé chez Asos aussi. En voici un similaire. La jupe vient de Burlington aux Etats-Unis. C’est la première fois que je porte une jupe maxi en hiver ! Je trouve cela tellement théâtral ! Je vais récidiver ! J’aime beaucoup celle-ci d’ailleurs. Les boucles d’oreilles sont de chez H&M ici.

Pour aller plus loin
Découvrir www.ibilola.com ma ligne de vêtements grande taille en Wax
Me suivre sur Instagram
Rejoins la communauté sur Facebook
Discutons sur Twitter
J’ai quelques vidéos sur YouTube

Ce 22 janvier, Jean-Paul Gaultier présentait son dernier défilé à l’occasion de la Fashion Week Parisienne.

Un demi-siècle d’inspiration et de liberté.

Merci Monsieur Gaultier grâce à vous rêver de défilés de mode inclusifs devenait une réalité.

Je reviens ici sur ces moments qui restent gravées dans ma mémoire et où le couturier a rappelé que la mode se conjugue à l’infini et sous toutes ses formes.

En 2006 avec le mannequin, photographe et rédac chef du magazine Volup2, Velvet d’Amour d’Amour qui faisait son entrée sur la scène française.

Velvet d’Amour en 2006 © ABACA

Merci monsieur Gaultier d’avoir ouvert le défilé de 2010 avec la chanteuse Beth Ditto . Ah Beth ! Un ovni dans l’industrie musicale à l’époque. La quintessence du Body Positive et de la size acceptance. Je reviendrai bientôt sur la chanteuse Lizzo qui dans la même veine que Beth Ditto caracole en tête des charts.

Beth Ditto en 2010 – Source google

En 2016 nous avons aussi eu droit à une collaboration entre Beth Ditto et Jean-Paul Gaultier pour lancer la ligne de vêtements grande taille de la chanteuse de Gossip. L’iconique parfum « La femme » avec son magnifique corset prenait tout son sens sur une robe disponible dans ma taille, en 54 😭😭😭.

Beth Ditto x Jean-Paul Gaultier en 2016 – source Google

Enfin, merci Monsieur Gaultier pour le chanteur, DJ, producteur, danseur Kiddy Smile qui défilait ce mercredi sur la scène du Théâtre du châtelet au milieu d’autres célébrités et mannequins et clôturait ainsi ces cinquante années de féérie.

Kiddy Smile 22 janvier 2020

Puissiez-vous continuer à inspirer des générations de stylistes et couturiers car nous savons bien que ceci n’est qu’un au revoir.

Pour aller plus loin

Découvrir www.ibilola.com ma ligne de vêtements grande taille en Wax

Me suivre sur Instagram

Rejoins la communauté sur Facebook

Discutons sur Twitter

J’ai quelques vidéos sur YouTube

Il y a quelques semaines, j’avais rendez-vous avec l’enseigne La Halle pour un shooting de folie sur le thème des fêtes de fin d’année. 

C’était surtout l’occasion de découvrir « Liberto » la collection de l’enseigne qui s’adresse à un maximum de femmes.

La collection Liberto de La Halle c’est une dizaine de pièces pleines de paillettes de la taille 36 à 58 en vente dès à présent sur l’eshop de La Halle ici.

C’est vraiment un bonheur de se dire qu’on a l’opportunité de s’habiller dans le même style que son crew de copines et cela sans distinction de taille.

En tant qu’ambassadrice de cette ligne, j’ai eu le plaisir de poser aux côtés de CHLOÉ ALLAIN , Cindy P. et AMÉLIE DIAS . Nous avons des styles et univers différents. C’était chouette de se rencontrer sur ce projet qui a pour but de rappeler que la mode n’est vraiment pas une question de taille.

J’aime ce parti pris de La Halle d’aller plus loin dans son offre après le lancement de la première collection capsule inclusive en collaboration avec Stéphanie Zwicky l’été dernier. Souvenez-vous, je vous parlais déjà de ma fierté d’être l’un des visages de la campagne dans cette publication.

L’approche des marques vis à vis de la mode grande taille a vraiment évolué cette dernière décennie.

L’année 2019 semble être un tournant en matière d’offre avec la volonté d’enseignes comme La Halle de nous inclure dans la réflexion sur le style notamment avec une collection comme Liberto dont les pièces sont particulièrement tendance et travaillées.

Mon coup de coeur ? Le smoking doré ! Si vous me suivez depuis longtemps vous savez que j’aime être visible ! C’est un ensemble dans lequel personne ne passe inaperçue. J’ai hâte de le porter pour les fêtes.

Je vous invite à découvrir dès à présent tous les modèles de cette collection sur l’eshop de La Halle en cliquant ici.

Quel est votre coup de coeur ?

Pour aller plus loin

Découvrir www.ibilola.com ma ligne de vêtements grande taille en Wax
Me suivre sur Instagram
Rejoins la communauté sur Facebook
Discutons sur Twitter
J’ai quelques vidéos sur YouTube

Le trench-coat revient régulièrement lorsqu’il est question de lister les basiques ou autres indispensables d’un dressing.

C’est l’une des pièces que j’apprécie réellement de porter en automne ou au printemps. Le trench est considéré comme un basique mais je trouve qu’il est souvent la pièce maîtresse du look. J’ai d’ailleurs repéré quelques modèles absolument originaux comme le trench enduit ou celui imprimé léopard. Vous les trouverez à la fin de ce billet.

Pour cette saison, j’ai craqué sur le modèle classique beige tout simplement parce que je trouve qu’il est plus facile d’associer celui-ci à mes différentes pièces très colorées notamment en Wax. Celui-ci m’a été offert par La Redoute (cliquer ici).

L’eshop a décidé de ne plus proposer une mode différente selon la taille, ils proposent à présent une mode pour toutes les femmes avec La Redoute Collections. J’ai hâte de savoir comment leur offre va évoluer.

Mon look est composé du trench ainsi que de la jupe Ayaba issue de ma nouvelle collection chez Ibilola avec un col roulé de chez Asos et des bottines chaussettes qui datent de la saison dernière et que j’aime énormément.

J’en profite pour vous redonner le lien (cliquer ici) de mes adresses pour shopper des chaussures / bottes / bottines pour les grandes pointures et les pieds larges.

J’ai pris ces photos un jour où il faisait particulièrement beau ! Depuis je suis quelque peu en pleine hibernation mais je retourne bientôt sur le continent Africain et pourrai ainsi refaire le plein de soleil avant l’hiver.

Rejoignez-moi sur Instagram où j’essaierai de publier quelques images de ce pays dans lequel je ne suis pas retournée depuis plus de 20 ans. Je n’y vais pas pour des raisons joyeuses mais comme pour tout ce que je fais, j’essaie de trouver de la lumière à un moment où à un autre. Show must go one n’est-ce-pas ? J’en parlais dans ce billet au sujet du deuil que j’entamais suite au décès de ma cousine.

Je vous souhaite une agréable semaine et vous laisse découvrir les clichés de mon look. Rendez-vous à la fin du billet avec ma sélection de trench pas si basiques que ça !

Photos de @Lizarddiary dans le cadre du projet de micro-agence de @la.baie.vitree

Pour aller plus loin

Découvrir Ibilola, ma ligne de vêtements grande taille en Wax
Me suivre sur Instagram 
Rejoins la communauté sur Facebook
Discutons sur Twitter 
J’ai quelques vidéos sur YouTube

AJOYO est la nouvelle collection d’Ibilola qui annonce les festivités. Celles d’une année qui tire à sa fin et surtout l’occasion de célébrer tous nos accomplissements en tant que femmes puissantes. 

La collection est ouverte à la pré-commandes du 31 octobre 2019 et 7 novembre 2019 sur www.ibilola.com

Prévoyez une livraison à la mi-décembre. 

AJOYO c’est aussi célébrer toutes ces femmes qui depuis plus de 2 ans portent du Ibilola sans distinction d’origine, d’âge, de morphologie. 

AJOYO c’est MERCI d’être à mes côtés dans cette aventure que je prends énormément de plaisir à partager avec vous entre Paris, Cotonou et le reste du monde. J’ai livré une commande à Hong Kong les gens ! Je ne m’en remets pas. Gabourey Sidibe à porter du Ibilola dans une pièce où il y avait Oprah Winfrey. Oprah a donc vu une robe Ibilola !!!  C’est donc parti pour une nouvelle saison.

Porter du Wax en hiver, au bureau, durant les fêtes de fin d’année ? Of course et pas qu’une fois !

Il y a comme une règle selon laquelle nous devons impérativement adapter notre garde-robes selon les saisons. A savoir : porter du gris, du noir, du bleu marine et autres couleurs sombres durant l’automne et l’hiver. Je ne sais pas d’où sort cette règle mais avec Ibilola j’ai décidé de conjuguer l’exception à tous les temps.

C’est donc sans surprise que je vous propose une nouvelle collection toute en couleurs pour célébrer cette année qui touche à sa fin. 

Composition de la collection : 

Les pièces iconiques de la marque : 

  • La jupe patineuse en 3 longueurs : maxi, midi et mini 
  • La robe « Nandi » en 3 longueurs : maxi, midi et mini
  • Le top « Mukaya » 
  • Le pantalon « Sitoé » revisité, plus large avec une taille plus haute 

Les nouveautés : 

  • La jupe crayon « Ayaba » bi-matière qui s’adapte à toutes les silhouettes
  • La robe « Candaces » avec sa coupe ovale et son décolleté graphique en 3 longueurs : maxi, midi et mini 
  • Le top « Gayo » 
  • Le kimono « Kassa » sans manches avec son col satiné 

Il y a 5 imprimés cette saison. Ils portent les noms des villes africaines : Bangui, Edéa, Kumasi, Moroni et Ouidah

Les modèles à l’exception de la jupe « Ayaba » sont disponibles dans tous ces imprimés.

Veuillez noter qu’Ibilola fonctionne sur un système de pré-commandes. La livraison de vos articles est prévue pour la mi-décembre. 

Vous recevrez un e-mail de confirmation au moment de l’envoi de votre commande avec le numéro de suivi. 

Les photos

A titre d’information, les vêtements que je porte sont en taille 56.

La robe « Candaces » dans l’imprimé « Kumasi » Notez que la longueur MAXI est sans fente 🙂  Prix : à partir de 100€ 
Le kimono « Kassa » dans l’imprimé « Moroni » Prix : 70€
La jupe Ibilola dans l’imprimé « Edéa » Prix : à partir de 50€
Le pantalon « Sitoé » dans l’imprimé « Ouidah » Prix : 80€
La robe « Nandi » dans l’imprimé « Moroni » Prix : à partir de 90€ 
Le top « Mukaya » dans l’imprimé « Ouidah » Prix : 60€ 
La jupe « Ayaba » dans l’imprimé « Moroni » Prix : 70€
Le top « Gayo » dans l’imprimé « Bangui » Prix : 50€

J’espère que cette nouvelle collection vous plaira ! Quels sont vos coups de coeur ? Niveau imprimés ne me posez pas la question. Comme vous avez pu le voir lors de mon séjour à Cotonou : j’ai eu énormément de mal à me décider tant je tombais amoureuse toutes les secondes. Alors merci à vous de m’avoir aidée à faire mon choix. Je trouve que nous formons une excellente team !

Retrouvez tous ces modèles en détails et en pré-commandes du 31 octobre 2019 au 7 novembre 2019 sur www.ibilola.com

Les photos ont été réalisés à la Maison Ifè à Cotonou par Enoch Lokonhounde à la photographie avec house_of_csk au maquillage et Jeannine Avognon en coordinatrice.

Je remercie du fond du coeur toutes les personnes qui contribuent de près ou de loin au succès d’Ibilola et à la concrétisation de mon travail.

Des questions ? N’hésitez pas à les poser en commentaires pour que la réponse puisse servir à la communauté. 

Pour aller plus loin

Découvrir www.ibilola.com ma ligne de vêtements grande taille en Wax
Me suivre sur Instagram
Rejoins la communauté sur Facebook
Discutons sur Twitter
J’ai quelques vidéos sur YouTube

Pin It
Translate »