Category

Beauté / Bien-être

Category

Je porte un maillot de chez Miraclesuit et vous pouvez le gagner en ce moment sur mon compte Instagram !Je l’ai fait !

Le 7 juillet 2018, au parc des Expositions de la porte de Versailles, sur le catwalk du salon de la lingerie et du maillot de bain, j’ai participé à un défilé 100% Body Positive avec des femmes qui ont des histoires de corps différentes pour casser les codes et se servir du maillot de bain comme outil pour la confiance et l’acceptation de soi. 

Nous étions 15 femmes à la fois sublimes, sexy et émouvantes face à des professionnels de la mode et la presse qui se sont laissés prendre au jeu de la bienveillance. 

J’ai relevé ce défi. Oui c’était un défi pour une Gaëlle Prudencio qui pose en maillot de bain depuis un certain temps maintenant sur son blog et les réseaux sociaux notamment par le biais du challenge French Curves ou encore avec le Curves, Cocktails & Bikinis organisé il y a un an. C’est un défi pour cette même Gaëlle qui vit très bien dans ses rondeurs et qui a fait du maillot de bain l’une de ses armes pour militer contre la grossophobie en tant que porte-voix du mouvement Body Positive en France.

Oui c’était un sacré challenge pour moi de défiler en maillot de bain en sachant que je serais la plus grosse sur le catwalk et cela parce que je reviens de loin, de très loin et pas uniquement d’un point de vue physique car en fin de compte le Body Positive c’est d’abord un état d’esprit avant d’être un hashtag relayé par la presse et désormais utilisé par les marques comme argument marketing.

Été 2006, je suis sur la plage à Dakar avec de la famille et des amis.

Il y avait de tout, des petits, des grands, des blancs, des noirs et une grosse. La grosse c’était moi. Je passais un bon moment avec tout le monde jusqu’à ce que j’ai l’idée saugrenue d’aller me baigner. Mais oui c’est une idée absurde que d’être à la plage et de vouloir plonger dans l’eau !

Je n’ai jamais eu de problème pour me mettre en maillot de bain. Je n’ai jamais eu honte de mon corps. Aussi loin que je me souvienne j’ai toujours été à l’aise avec mon enveloppe charnelle. Pas autant qu’aujourd’hui après toutes ces années de travail sur l’acceptation de soi à travers le blogging mais je n’en ai jamais été malade. Pourtant ce jour là j’ai pris conscience que les autres en revanche avaient un réel problème avec une grosse en maillot.

Lorsque j’arrivais dans l’eau, j’entendais moqueries, sobriquets en tous genres, tentatives de me toucher. Ce calvaire a duré une dizaine de minutes puis je suis sortie de l’eau car trop ennuyée par ces gens. Certains ont même voulu nous encercler ma cousine et moi pour continuer l’agression verbale. J’ai alors perdu patience et commencé à vociférer qu’on nous lâche la grappe. Je pense que personne dans mon entourage ne comprendra jamais cet accès de rage dont j’ai fait montre car j’étais du genre « docile » à l’époque. J’étais toujours été la rigolote de service, le pitre qui ne se mettait rarement en colère. Mais ce jour là c’en était trop.

Je découvrais la grossophobie. Crue. Brutale. Violente. 

Celle que beaucoup considèrent comme inexistante car c’est tellement facile de se moquer du petit gros. Il devrait d’ailleurs remercier ses bourreaux car voyez-vous ces moqueries auraient pour but de l’aider à prendre conscience de sa situation et le motiver à se bouger les fesses pour perdre du poids. Humilier le petit gros serait bénéfique pour lui en fait ! Laissez moi rire. 

Le seul bénéfice que je retire à cet épisode est qu’il a été le point culminant, ce moment précis où j’ai dit stop à ces humiliations, où il était plus que temps que je reprenne le pouvoir et ma place dans la société.

Que je m’affirme et que je n’ai pas honte de le faire, que je n’ai pas honte de me montrer au monde telle que je suis.

A savoir une femme fière d’elle, de son corps, de son histoire. Une femme ambitieuse, intelligente, belle, tenace et à la fois sensible. 

A l’époque, j’étais déjà active sur des forums dédiés à la Size acceptance, notamment le site Vive les rondes où je lisais des échanges au sujet des discriminations envers les personnes en surpoids. C’est d’ailleurs de là que j’avais commencé mes recherches pour rédiger mon mémoire en droit social durant mon année de master 1 : « Le poids des apparences : l’obésité, source de discriminations ? » 

C’est aussi à l’époque qu’a commencé ma passion pour la mode grande taille, pour cette industrie qui peine tant à prendre sa place.J’étais en pleine recherche de vêtements pour passer des entretiens en vue de décrocher un stage et malheureusement, vivant dans une société guidée par l’apparence, je savais que mon poids ET le fait d’être une femme, qui plus est noire ne joueraient pas en ma faveur malgré mes compétences qui n’étaient nullement à prouver.

J’ai alors pris le parti de travailler sur mon apparence, sur mon style et mon look. De tout miser sur les vêtements et d’en faire des alliés dans ma vie professionnelle. Ceci a été une réelle révélation car ce sont les vêtements qui m’ont permis d’apprendre à m’accepter. C’est pour cette raison que je dis souvent que chaque vêtement que je porte a une histoire. 

Qui aurait cru que plus d’une décennie après j’aurais moi-même créé Ibilola ma ligne de vêtements ou encore qu’Eurovet, organisateur du salon Unique by Mode City me proposerait de devenir ambassadrice du défilé Body Positive qui se préparait : de défiler en maillot de bain depuis des centaines de personnes ? 

Pour tout vous avouer, l’un de mes rêves est d’assister (en front row évidemment !) à des défilés de la Fashion Week où des femmes de toutes les morphologies seraient représentées. Une utopie pour certains, une étape déjà franchie par les Fashion Weeks américaines alors pourquoi pas Paris ?

Lorsque j’ai reçu cette proposition de Unique by Mode City, je me suis dit « Girl ! Let’s do it ! » Let’s do itparce que nous sommes à Paris, la fameuse capitale de la mode sauf pour 46% de la population qui s’habille en taille 42 et plus.Let’s do it parce que relever ce défi personnel pour toi-même c’est aussi militer à ta façon pour l’acceptation de soi et l’acceptation de tous les corps.

Alors oui j’aimerais évidemment que ça ne soit pas un one shot et que ce type d’initiatives vont se multiplier pour aller encore plus loin. J’espère vraiment que les prochaines éditions, petit à petit verront plus de diversité sur le catwalk et que ça ne sera plus accueilli comme extraordinaire de voir ce type de défilé. Oui j’espère que cette prise de conscience n’est pas qu’une tendance notamment pour la presse ni un argument marketing pour les marques. Et si les marques spécialisées dans la lingerie et le maillot de bain grande taille commençaient par présenter leurs collections sur des mannequins qui correspondent à leur clientèle déjà ?

En tous cas je continue à militer dans ce sens et continuerai à porter ce message toujours plus loin notamment hors des écrans, des réseaux sociaux avec des événements comme celui-ci car mine de rien ils permettent d’ouvrir la conversation sur des questions sommes toutes assez évidentes en fait en ce qui concerne la mode inclusive. 

En attendant d’aller encore plus loin, j’ai profité de chaque instant de ce défilé.

Des répétitions où les mannequins taille standard nous regardaient du coin de l’oeil lorsque nous sommes arrivées dans les loges à ce moment précis avant d’arriver sur scène pour défiler où elles ont toutes quitté leurs écrans de téléphone pour nous encourager et nous donner de la force. 

Je suis fière d’avoir participé à ce défilé dans un cadre professionnel, au sein de l’industrie même, pas en marge du salon, non c’est même le créneau horaire le plus attendu du salon. Fière d’avoir défilé aux côtés de ces femmes qui chacune est sortie de sa zone de confort, qui chacune avec son histoire a montré à quel point s’accepter est une belle aventure. 

Merci à chacune des participantes au concours que nous avions lancés sur Instagram avec Valériane et Julie et avec qui j’ai partagé ce moment. Chacune m’a donné de la force, chacune porte ce message à sa façon et c’est un beau message. Comme l’a si bien dit Julie alias @DouzeFévrier : « aujourd’hui nous avons cassé les codes et ça fait du bien ». 

Je suis fière de mon corps, de mon moteur. Je ne pourrai jamais renier ce corps là.Celui dans lequel je vis là maintenant. Celui qui me permet de me déplacer, de travailler, d’entreprendre et que je chéris à chaque étape de ma vie. 

Merci à vous qui me suivez, me lisez, m’accompagnez. J’ai vécu ce moment pour chacune de mes lectrices qui partage un peu de son histoire avec moi. Merci mesdames de m’inspirer chaque jour.

Body positive c’est le corps certes mais c’est aussi et surtout l’esprit. C’est comment je vis avec mon corps, comme je fais de mes insécurités des alliées pour avancer, faire ma place et shine bright like a diamond ? Comment j’apprends à prendre confiance en moi, à dépasser mes propres limites et à me féliciter ?

On est ensemble. Body Positive c’est ensemble. S’accepter à l’instant T de sa vie et accepter l’autre tout le temps tel qu’il est. C’est pour moi un mouvement qui rassemble. Qui nous rassemble loin des diktats de la beauté et c’est ensemble que nous faisons évoluer les mentalités. Nous n’avons pas besoin de nous opposer pour se valoriser. 

Allez ! Suffit ! Cela faisait longtemps que je n’avais pas eu autant envie d’écrire ainsi et ça fait du bien.

Je vous laisse avec quelques images des coulisses du défilé et celles du défilé même en vidéo ainsi que mes interviews sur BFM tv et le Parisien. Pour plus de parutions presse, podcasts, n’hésitez pas à faire un tour sur la page presse ici il y  a de quoi pour la route des vacances.

Je vous donne aussi rendez-vous sur ma chaine IGTV pour découvrir mon premier vlog qui reprend les coulisses de ce défilé.

Je vous embrasse et vous souhaite de belles vacances en maillot de bain, quelque soit votre taille : évidemment ! Avez-vous déjà choisi celui dans lequel vous allez slay cet été ? J’ai hâte de vous relire. Ça fait longtemps ! 


Hello mes beautés !

Comment allez-vous ? De mon côté je me remets des émotions des dernières semaines et me sens prête pour les prochains défis qui m’attendent notamment une semaine de randonnée avec entre 15 et 20 kilomètres à parcourir par jour. Tout un programme pour quelqu’un qui n’a jamais marché plus de 10km ! 

Avec l’arrivée des beaux jours je réussis à me motiver pour reprendre une activité physique à pratiquer en extérieur. L’idée n’est définitivement pas d’avoir le corps parfait pour le maillot de bain des vacances : mon corps est déjà parfait et j’ai déjà le maillot que je porterai bientôt (c’est celui-ci).

Revenons à nos moutons : je ne sais pas pour vous mais j’ai réellement pris conscience cette année que j’ai beaucoup de mal à être productive durant l’hiver et cela sur plusieurs plans notamment avec la marche qui est une activité que j’aime tant. Même si je suis assez active, avoir une routine qui inclut la marche m’a énormément manquée.Je m’y suis donc récemment remise avec pour objectif de participer à cette fameuse randonnée dont je parlais plus haut.

Pour reprendre mon programme en douceur, je racontais dans l’une de mes stories sur Instagram que je fais livrer mes colis dans un relais à plus de 2km de chez moi, dans une zone inaccessible en bus. Quand on tient à ses colis : on y va sans rechigner. Cette méthode semblait plaire sur Instagram du coup je la repartage ici. J’essaie de mettre en place des stratégies qui me conviennent et qui ne nécessitent pas de contraintes. J’ai aussi appris à me connaître et m’écouter au fil des années. C’est bien beau de vouloir sortir de sa zone de confort, sauf que celle-ci me semble parfois nécessaire pour évaluer ses besoins. Y aller en douceur avec soi, sans pression contribue à se sentir mieux et à entamer certaines démarches uniquement pour le plaisir. 

Une des questions qui revient souvent lorsqu’on est grosse et qu’on cherche à se bouger et faire une activité physique est : où trouver des vêtements pour le sport ? Où trouver des soutiens pour le sport ?

Lorsque je me suis lancée dans mon #GaelleHealthyChallenge en juin 2015, j’étais surexcitée à l’idée de trouver des vêtements sympas pour faire du sport.

Jusque là lorsque je m’aventurais dans une activité, comme la danse par exemple j’étais en legging et tee-shirt, noirs ou gris de préférence car il ne fallait pas que je sois trop visible n’est-ce-pas. 

Étant dans une démarche d’acceptation de soi, il est désormais évident que je veux me sentir jolie dans les vêtements que je porte pour faire du sport. Cela me fait tout simplement du bien. Malheureusement, au début du défi, j’ai réalisé que trouver de la couleur et des imprimés chouettes quand on dépasse une taille 48 peut s’avérer impossible.

Il y a 2 ans je portais un 54/56 en pantalon et un 52/54 en haut. Pour mes premières séances de sport j’avais eu de la chance de faire du shopping durant les soldes sur Zalando et avais trouvé le tee-shirt que je porte dans ce billet mais avec du recul je me rends compte que j’étais serrée et pas très à l’aise dans mes mouvements.

Pour le bas c’était simple. Je n’entrais dans aucun bas des marques connues un peu comme si on n’avait pas le droit de faire du sport quand on dépasse une taille 48 ?! Comment se motiver à se bouger si même dans ce secteur nous sommes reléguées au second plan ? 

La bonne nouvelle est qu’en 2 ans le marché a drôlement évolué sur ce plan là ! Les marques, principalement américaines qui sont spécialisées dans la mode grande taille proposent encore plus de modèles adaptées à nos formes. Les marques historiquement spécialisées dans le sport aussi s’y sont mises et ont développé des lignes plus size pour notre plus grand bonheur !!

Je ne compte plus les vêtements de sport dans mon dressing et les porte même juste pour chiller, faire le marché. J’ai un faible pour les leggings avec des découpes transparentes comme celui que je porte.

Voici donc ma liste de sites où trouver des vêtements grande taille pour le sport.

Certains sont américains. Il faut donc prévoir des frais de port et de douane à régler en sus.

Ceux spécialisés dans la mode grande taille :

  • Ulla Popken jusqu’à la taille 68/70 (y aller aussi pour le ski !!)
  • MS Mode jusqu’au 3XL qui correspond à un 54
  • Bonprix jusqu’à la taille 60 et des tout petits prix
  • Forever 21 plus jusqu’au 3XL qui correspond à un 52/54 . Ils ont les leggings les plus chouettes !
  • Livi Active sur Lane Bryant jusqu’au 54 voire 56 . Des produits de qualité
  • Torrid Jusqu’à la taille 58. Je pourrais acheter toute la gamme si je m’écoutais !

Nike et Puma les 2 boss du sport se sont enfin lancés aussi et ça envoie du lourd ! Vous retrouverez leurs collections sur des multimarques :

  • Asos différentes marques parfois jusqu’à la taille 58
  • Zalando principalement pour Nike

Mon conseil : prenez votre temps pour choisir ces articles. Comparez les prix, commandez, essayez. Vous y sentez-vous bien ? Niveau transpiration qu’est-ce-qui est prévu ? Et le séchage ? Autant de questions à se poser pour une meilleure expérience sur le terrain.

En matière de sport il y a aussi un rayon à ne pas négliger : la lingerie.

Celle-ci, quelque soit notre taille peut s’avérer un véritable casse-tête ! Porter une brassière, un soutien-gorge adapté à l’activité physique est primordiale pour éviter de se faire mal à la poitrine, au dos et pour avoir adopter les bonnes positions. J’insiste là dessus car nos seins sont précieux et à plus d’un titre.

Jusqu’à présent je n’ai testé que 2 marques et ne parlerai donc que de celles-ci.

il s’agit d’Elomi , une marque que je porte déjà au quotidien, vous avez vu le soutien papillon de cette photo ?

J’ai aussi un modèle de la marque Freya. Les 2 marques se valent.

Le modèle que je porte est de chez Elomi.

Je choisis ma taille habituelle de soutien gorge chez ces 2 marques et me sens vraiment bien soutenue. Je suis triste quand je repense à mes années collèges : ma poitrine était déjà imposante et malmenée à cause de mon ignorance et du manque d’offre en la matière.

Je suis bien contente que ça ait tant évolué !!

J’espère que ce billet aura répondu à vos questions. N’hésitez pas à partager vos bonnes adresses ou à poser vos questions en commentaire. Cela peut servir à tout le monde.

Je vous souhaite un bon dimanche.

Je vous retrouverai avec plaisir le 16 mai pour le challenge French Curves ainsi que sur mes réseaux sociaux pour découvrir mon quotidien et partager mon amour pour les Gifs animés.


Je porte : sweat Nike Plus / Legging Forever 21 / Soutien Elomi / Baskets Nike / Bracelets « Fleur de mariage »  Ibilola 


Retrouvez mes collections sur www.ibilola.com 

fb

Poursuivons la conversation sur Facebook / Twitter / Instagram / Youtube 

Hello mes beautés !

Je partage aujourd’hui ma routine soin du visage avec vous après ma vidéo sur ma routine capillaire (ici). Dans ce billet, vous trouverez les produits essentiels que j’utilise au quotidien pour me démaquiller, nettoyer ma peau et l’hydrater. Cette routine je l’ai adoptée depuis quelques années et ne m’en écarte que lorsque je reçois des produits à découvrir.

Je vous parlais récemment de mes astuces pour améliorer ma qualité de vie (billet ici); eh bien le fait de prendre soin de moi, notamment avec mon rituel beauté en fait aussi partie.

Que ce soit en me maquillant (billet ici) ou en prenant quelques minutes tous les jours pour appliquer mes différents soins de la peau, je crée un peu plus une relation avec mon corps et mon visage.

On me dit souvent que j’ai une belle beau, eh bien ce n’est pas sans un minimum d’effort que je cultive tous les jours. Même lorsque je n’ai pas envie de me démaquiller, même en rentrant chez moi à 3 heures du matin après avoir gâté le coin toute la nuit, je fais un passage par la salle de bain pour ce me-moment spécial. 

Allez je vous raconte tout ça !

Pour information j’ai une peau mixte à grasse. Pas du tout acnéique mais un petit bouton par-ci par-là avant mon cycle menstruel. Je partage ici avec vous ce qui fonctionne sur MA peau.

Se démaquiller

Je le fais tous les jours. Le matin et le soir.  Qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige : je me démaquille et cela même si je ne me suis pas maquillée de la journée. Entre la pollution, la poussière, la transpiration, la vie quoi, croyez-moi, il y a matière à démaquiller.

Pour ceci, j’utilise généralement de l’eau micellaire. Je n’ai pas vraiment de préférence. En ce moment j’alterne entre cette eau micellaire de Bioderma pionnier en la matière et une eau micellaire d’Avène. J’aime tout autant utiliser celle d’autres marques. J’ai même eu à tester les lingettes démaquillantes à l’huile micellaire de Barbara Gould. C’était agréable et sans sensation de gras sur le visage. J’aime bien l’eau micellaire parce qu’on peut en plus l’embarquer partout avec nous pour se rafraîchir la peau de temps en temps, surtout durant l’été.

Il n’est pas nécessaire d’utiliser un soin lavant après avoir appliqué une eau micellaire mais si vous êtes comme moi et que vous aimez que ça mousse j’ai trouvé l’astuce parfaite !

Nettoyer

Lorsque je me suis maquillée durant la journée, je suis ravie de nettoyer ma peau avec une mousse nettoyante douce et j’ai jeté mon dévolu sur celle de Nuhanciam, marque spécialisée dans l’entretien des peaux mates à foncées. Une merveille !

Après avoir testé les savons et autres mousses, celle-ci a conquis mon coeur. Je ne sais pas si c’est la même chose pour vous mais j’a souvent une sensation de sécheresse et de tiraillement après avoir utilisé un savon, eh bien avec cette mousse lavante ce n’est pas le cas. Je l’ai adoptée depuis 2-3 ans je crois. Je l’avais reçue à son lancement et ne la laisse plus !

Exfolier

Une fois par semaine, point trop n’en faut, j’utilise le gel nettoyant exfoliant de chez IN’OYA histoire de retirer les peaux mortes et nettoyer en profondeur. J’avais au début suivi le mode d’emploi qui conseille de l’utiliser 1 à 2 fois par jour mais je trouvais que cela agressait ma peau. Enfin je ressentais une sorte d’inconfort. J’ai décidé de réduire progressivement l’utilisation du produit. Eh bien 1 fois par semaine est ce qui me convient. J’en suis très contente et trouve ma peau plus éclatante.

J’avais reçu tout un protocole de soin de la peau IN’OYA (aussi spécialisée dans les peaux mates) il y a un peu plus d’un an. J’ai uniquement racheté ce gel nettoyant principalement car les autres produits faisaient double emploi avec ceux que j’ai déjà et qui marchent bien.

Hydrater

Après des années d’errance et des gestes Ô combien néfastes pour ma peau (dont l’utilisation de ma crème pour le corps sur le visage ! Really Gaëlle?!); j’ai un jour poussé la porte du cabinet d’un dermatologue. Après quelques semaines à patienter, j’ai réussi à avoir un rendez-vous avec un dermato spécialisé dans les peaux noires. C’était nécessaire. La consultation m’a permis de faire le point sur les bons gestes, ceux qui sont superflus et sur les besoins de ma peau.

Elle m’a prescrit une crème de jour, une pour le soir et un remède incontournable :

  • Le soin embellisseur Normaderm de Vichy : sensation hyper légère et douce sur la peau que j’applique tous les jours après l’avoir nettoyée et avant de me maquiller;
  • Le TriAcnéal Expert d’Avène que j’applique le soir sur une peau propre. La sensation est un peu plus épaisse sur la peau mais très agréable et rafraîchissante après toutes les aventures que la peau vit tout au long de la journée. Je disais que je n’ai pas une peau acnéique mais j’ai quand même quelques tâches qui apparaissent de-ci de-là mais qui ne nécessitent pas d’utiliser un sérum anti-tâches.

  • Je bois 2 litres d’eau par jour. Every single day. Pour y arriver : je prends un grand verre d’eau avec mon traitement à vie pour la thyroïde. Je prends un thé au petit-déjeuner. Quand je sais que je vais passer la journée à la maison : je me fais une eau fruitée avec un sachet de thé ou des concombres/citron/menthe que je bois tout au long de la journée. Je bois un verre d’eau à chaque fois que je dois passer au pipi room. Je ne sais pas pourquoi j’ai pris l’habitude de faire ça ! Peut-être pour créer une sorte de cycle ? Lorsque je dois sortir : j’embarque une petite bouteille d’eau avec moi. Au restau j’en bois aussi, et choisis une eau pétillante citronnée comme boisson. J’ai une petite vessie. Imaginez ma vie mais ça vaut le coup ! Je n’ai vraiment pas à me plaindre de ma peau.

Tous ces produits sont en vente en pharmacie, parapharmacie, sur internet.

Comme vous le notez, j’ai trouvé ma routine, j’en suis satisfaite et évite d’étouffer ma peau avec tout un tas de produits. De temps à autres je fais un masque (j’aime beaucoup les patchs rafraîchissants qui donnent du pep’s à la peau) , un gommage, passe une journée en institut pour un soin en profondeur et consulte le dermatologue tous les ans ou tous les 2 ans. Je pense que c’est primordial surtout quand on a des soucis du type acné, tâches persistantes, inconfort. J’estime qu’utiliser tous les produits sur le marché du type « sérum anti-tâches » par exemple pourrait plus nuire à la santé de la peau qu’autre chose car avant de traiter les tâches il faut en traiter la cause.

Et vous ? Quels sont les soins essentiels de votre routine du visage ? Est-ce que vous en avez un produit que vous conseillez à votre meilleure amie ?


Retrouvons-nous sur Facebook / Twitter / Instagram / Youtube ainsi que sur le shop pour commander une pièce de ma collection Ibilola !

fb

Hello mes beautés !

Ces dernières semaines / mois j’ai vécu des moments difficiles qui ont mis mes émotions à rude épreuve. Il a fallut que je puise dans mes réserves d’énergie pour garder la tête hors de l’eau.

Même si je sais que c’est le jeu de la vie et qu’elle nous testera sans cesse, que tout ne peut pas être un long fleuve tranquille, eh bien ce n’est pas toujours évident à gérer. Comme pour tout le monde.

Durant cette période qui connaît des pics puis des moments d’accalmie, j’ai réalisé que ma façon de vivre et d’appréhender les obstacles et les épreuves à radicalement changée ces dernières années. En fait je me suis rendu compte que finalement, malgré tout « ça », tout va bien. Cela sans doute parce que j’ai appris à accepter que tout ne peut pas être parfait et que quoiqu’il arrive je fais toujours de mon mieux. Rapport à l’un des 4 accords Toltèques. Le célèbre livre de Don Miguel Ruiz que j’ai lu il y a un peu plus d’un an. Depuis, je ne dis pas que ma vie a changée. C’est faux. En revanche : j’ai considérablement amélioré ma qualité de vie. 

Cela se ressent dans ma façon de vivre certaines épreuves qui m’auraient semblé insurmontables il y a encore 2 ans, dans mes relations avec moi-même, avec mon corps, avec les autres, dans mon environnement enfin tout un tas de choses que j’ai envie de partager avec vous aujourd’hui.

  • Lâcher prise et ne pas toujours garder le sourire

    Je suis une vraie adepte de la « Positive attitude » mais avouez que ça ne marche pas toujours. Que c’est parfois trop dur et c’est tellement d’énergie dépensée que de garder un sourire de façade. Faire semblant que tout va bien nuit plus au bien-être qu’autre chose. L’émotion que je sais le plus exprimer après la joie c’est la tristesse. J’ai longtemps eu peur de pleurer car « il n’y a que les lâches qui pleurent » me répétait-on souvent durant l’enfance. Eh bien depuis que j’ai appris que pleurer fait du bien, j’y vais allègrement. Je laisse cette émotion là venir et je la vis à 100%. Je n’ai pas non plus honte de la vivre au milieu d’autres personnes, avec mes amis par exemple. J’estime que c’est finalement l’un des moments où on est le plus vrai avec soi et avec les autres. J’en parle car je croise tous les jours des personnes qui sont déconnectées d’elles-mêmes et de certaines émotions. Qui ne savent plus quel est le goût de leurs larmes. Cela me rend parfois triste car c’est si bon de pleurer puis de rire et rebelote. Lorsque je pleure, souris ou ris c’est désormais en étant 100% moi. Tout ceci parfois en même temps !

  • Avoir moins de relations virtuelles avec les proches

    A moins que ceux-ci ne vivent à des milliers de kilomètres : je mets un point d’honneur à voir mes amis. Dès que je constate qu’une conversation sur Whatsapp commence à s’éterniser, je propose à la personne de s’appeler ou de se voir dans les 2 jours qui suivent. Parfois c’est le soir même : un verre, un ciné, une soirée pyjama, un brunch, tout est bon à prendre. L’essentiel est de se voir. J’aime trop l’humain pour n’avoir que des relations virtuelles. C’est d’autant plus important que je ne m’entoure que de personnes positives, bienveillantes et qui savent accueillir la joie, la tristesse, la colère de l’autre sans jugement. Autant se voir, discuter, passer un bon moment et avoir pleins de choses à se raconter que d’avoir une relation épistolaire via une application mobile. 

  • Se déconnecter des réseaux sociaux

    Plutôt de Facebook et Twitter. Je trouve Instagram très plaisant, les photos font rêver, les stories sont généralement marrantes. J’aime y être et partager mon quotidien dessus, poster un extrait du son que j’aime écouter en ce moment et avoir des échanges simples sur tout un tas de sujets avec vous. En revanche Facebook et Twitter sont des nids à négativité. I can’t anymore. Je vois parfois passer des moments hyper positifs comme l’annonce d’une naissance, d’un diplôme obtenu, d’une promotion etc, mais la plupart du temps ce n’est pas si agréable. J’ai donc décidé de déconnecter régulièrement de ces réseaux. Vous savez quoi ? ça marche ! On se sent merveilleusement bien. Et ça c’est quand même très important lorsque la majeure partie de son activité professionnelle est sur Internet ! Lorsque je déconnecte des réseaux sociaux : je prends du temps pour moi. je rattrape une série, en ce moment c’est Windeck une série angolaise sur le milieu de la mode. Je me plonge dans un bouquin. Je viens de commencer celui de l’influenceuse Body Positive Tess Holliday (en Anglais pour l’instant). Je feuillette des magasines ou vais au cinéma toute seule. J’ai récemment vu Knock avec Omar Sy : j’ai passé un bon moment, rien de bien folichon. C’est toujours agréable de voir Omar Sy à l’écran. Je peux aussi sortir, marcher pendant des heures, sans but. Ecrire des billets sur mon blog et les laisser en brouillon.
    Ou alors je ne fais RIEN. Je reste assise dans mon canapé. Je profite du soleil qui tape fort contre la vitre et je profite du moment présent. Loin de toute connexion à part celle que j’ai avec moi-même.

     

  • Dire oui à de nouvelles aventures et prendre des décisions pour soi

    Je peux vous dire que c’est vraiment nouveau pour moi. Je dis oui à ces choses qui me font peur. Je pourrai ici faire référence à Year of Yes (l’année du oui) de Shonda Rhimes (Editions Marabout) découvert via Danielle mais j’avoue que j’ai du mal à avancer sur ma lecture de ce bouquin depuis des semaines. Néanmoins, à chaque fois que je réussis à me concentrer sur quelques pages, cela correspond toujours à un moment précis de ma vie pour lequel j’ai besoin d’un éclairage. Donc dire oui à de nouvelles aventures, ne pas me fermer dès que je ne sais pas ce dont il retourne, envisager plusieurs possibilités et avoir de bonnes surprises. C’est grisant !!!

  • Mieux nourrir son corps et son esprit

    Je ne suis pas particulièrement fan de junk food mais alors je suis une accro au sucre (j’en parlais un peu dans mon billet (ici) sur ma cure à Villecresnes ). Le sucre je l’aime sous toutes ses formes : dans mon chocolat chaud, dans une bonne brioche, la pâte à tartiner (OMG le Spéculoos ou l’Ovomaltine Crunchy !!). Le sucre caché. Le sucre contenu dans les féculents. Le suuuuuuuuuucre ! J’en salive là. Alors je le limite aux sorties. Un bon Mojito pour commencer le week-end par exemple. Je le savoure celui-là. J’ai récemment goûté à un Mojito au Litchi… bon je m’égare. Tout est que je consomme différemment et prends le temps de faire le marché par exemple. En plus de consommer des aliments sains, je profite du fait de pouvoir faire mes courses en plein air et d’entendre des conversations animées. Je mange plus de légumes et cela à chaque repas, honnêtement c’est une prouesse. Ah et je cuisine. J’y prends de plus en plus de plaisir. Je vais parfois sur les Gourmandises de Karelle pour prendre des idées de recettes simples et ma foi c’est plutôt pas mal ! Je me suis rendue compte que le fait de cuisiner me fait énormément de bien et participe à me faire gagner confiance en mes capacités. Bon Top Chef ce n’est pas pour tout suite non plus hein !

Et vous ? Qu’est-ce qui vous permet d’améliorer votre qualité de vie ? Quelles sont vos astuces pour vous sentir mieux quand le moral n’est pas au top ?


Je porte : Tee-shirt MsMode détails ici */ Jeans New Look*Mèches Mama Rose Beauty (j’en parle en détail ici avec un code pour commander)


Retrouvez-moi sur Facebook / Twitter / Instagram / Youtube ainsi que sur le shop pour commander une pièce de ma collection Ibilola !

fb

*Article offert par la marque.

Hello mes beautés !

Je suis super contente de vous montrer ma nouvelle coiffure pour ce mois d’octobre !

Elle a été réalisée avec des mèches ombrées signées Mama Rose Beauty. Je vous donne toutes les informations pour vous procurer ces mèches à la fin de mon billet avec des photos de ma coupe.

Mama Rose Beauty est une toute jeune marque de mèches made in France dont la spécificité est de proposer des modèles avec différents dégradés de couleur. 

Du rose licorne au gris argenté en passant par le bleu électrique, ces mèches permettent de jouer avec les couleurs sans toucher à la nature même de nos cheveux. C’est extra parce que je trouve cela tellement risqué de se teindre les cheveux, autant éviter un drame avec un Tie & Dye à la qualité douteuse. Le fait d’avoir toutes ces teintes permet à chacune de s’y retrouver et de s’amuser : de la plus classique à la plus originale nous avons toutes de quoi nous faire plaisir.

Lorsque Lili, la créatrice de Mama Rose Beauty m’a proposé de découvrir ses collections, je n’ai su quel choix faire tant toutes ces teintes me plaisent. 

Pour ce premier essai, j’ai finalement opté pour Amy (ici) et son joli dégradé de marron à un blond cuivré. J’avoue que je savais déjà que c’était une valeur sûre car je l’avais vue sur mon amie Danielle il y a quelques mois. Je n’ai pas été déçue à la réception du colis qui emballait joliment mes nouvelles amies pour quelques semaines. Celles qui ont l’habitude d’acheter des mèches savent que celles-ci arrivent généralement en bloc dans le sachet alors qu’ici la touffe est joliment tressée. On n’a presque pas envie de la défaire pour se coiffer ! 

Parlant de coiffure. C’est une autre affaire ça ! Comme vous le savez, je suis douillette et ne suis pas une grande adepte des mèches tout simplement car me coiffer, au vu de ma masse capillaire prend généralement une journée entière (voire 2 selon la taille des tresses si si). Vous comprendrez donc que prendre la décision de me coiffer est le fruit d’une mûre réflexion avec thèse, antithèse et synthèse !  

Néanmoins, ayant pleins d’envies en ce moment, notamment des envies de nouveauté et de sortir un peu de ma zone de confort capillaire entre les perruques et les crochets braids (je vous parle de ma routine capillaire par ici). Je me suis donc laissée tenter et voilà je suis super contente car les mèches sont légères et douces. Elles sont agréables à porter malgré que j’ai 6 paquets et demi sur la tête.

Le modèle Amy que je porte mesure 24″. J’ai décidé de garder cette longueur pour ne pas perdre l’effet Ombré de ce modèle mais vous pouvez aussi le prendre en 14″.

Pour ma coiffure, j’ai fait un mix entre des nattes collées et de box braids pour varier un peu les coupes selon mes envies mais j’avoue que j’ai une préférence pour le chignon haut qui donne toute sa dimension aux différentes teintes de la mèche.

J’ai été coiffée par Séphora Joannes. Elle a tout un rituel pour faire de la séance de coiffure un moment convivial et agréable. Je ne sais pas pour vous mais quand je me coiffe, j’estime que je dois « confier » ma tête à une professionnelle. J’évite par exemple de me faire natter par plusieurs personnes en même temps car il y a souvent une différence de forme de la tresse selon la coiffeuse et la répartition de la douleur n’est pas uniforme (douillette je vous dis !). Notez que si comme moi vous avez le cuir chevelu sensible, il vaut mieux éviter les nattes collées qu’on commence avec la mèche. Pour cette coiffure, à part pour les braids, Séphora a d’abord natté mes cheveux puis ajouté la mèche. Cela évite aussi des chutes de cheveux.

Les photos qui illustrent ce billet ont été prises le week-end dernier à l’occasion d’un mariage. Je posterai d’autres looks avec cette coiffure tout au long du mois d’octobre dans des styles différents pour vous montrer comment je leur donne vie. Bon maintenant j’ai hâte de tester les mèches au dégradé rose !! Ce sera sans doute pour l’hiver prochain. Je les imagine avec un total look blanc…

Je suis super fière de porter ces mèches car elles sont le fruit du travail d’une femme noire française qui propose un produit de qualité à destination d’autres femmes. C’est tout de même la première marque française spécialisée dans les mèches Ombrés ! J’aspire de plus en plus à consommer ce type de produits dans différents aspects de ma vie. C’est encourageant d’être de plus en plus nombreuses dans cette dynamique. 

Source mamarosebeauty.com

Où trouver les mèches Mama Rose Beauty ?

Sur l’e-shop dédié mamarosebeauty.com

Utilisez le code MAMAROSELOVESGAELLE au moment de votre commande pour recevoir une surprise dans votre colis.

Connaissiez-vous les mèches Mama Rose Beauty ? Pour quelle(s) teinte(s) craqueriez-vous ? Pour quelle coiffure adoptez-vous pour cet automne ?


Je porte : mèches Amy de chez Mama Rose Beauty* / Robe et Perfecto Just Fab* / Bottines Lane Bryant*/Pochette New Look*

Retrouvez-moi sur Facebook / Twitter / Instagram / Youtube ainsi que sur le shop pour commander une pièce de ma collection Ibilola !

fb

*Articles offerts par la marque

**Article en collaboration avec Mama Rose Beauty

Hello mes beautés !

Whoop whoop whoop ! Permettez-moi de vous dire que je suis particulièrement fière d’avoir réussi à tourner ma première vidéo qui plus est pour vous parler d’un sujet que je n’ai pas l’habitude d’aborder : l’entretien de mes cheveux naturels, notamment ma routine capillaire et comment je suis Body Positive avec ma texture. 

Ce sont tout un tas de défis personnels que je relève aujourd’hui parce que cela fait des années mois, qu’on me pose une question : « Gaëlle comment entretiens-tu tes cheveux naturels ? » « Comment fais-tu pour avoir d’aussi beaux cheveux ? »

Ces questions je n’y ai jamais vraiment répondu car j’ai longtemps pensé qu’il fallait maîtriser la question du cheveu afro pour en parler. Une histoire de légitimité… Qu’il fallait avoir les gestes parfaits et produits indispensables pour m’exprimer sur le sujet alors qu’en fait je réponds régulièrement à cette question dans la vie de tous les jours et que l’idée est de partager ce qui marche pour moi pas de donner un cours magistral de coiffure.

C’est aussi un défi que je relève car faire de la vidéo n’est pas dans mes habitudes. Heureusement qu’avec l’arrivée des stories que ce soit sur Snapchat ou Instagram je me suis habituée à papoter régulièrement avec vous comme je le fais avec des amies et ça m’a rendu la tâche beaucoup plus simple.

Quit à parler de ma routine capillaire, je me suis donc dit « tiens autant le faire un vidéo » ! Et voilà ! Je me suis lancée. Je suis toute surexcitée maintenant de partager ça avec vous. Evidemment nous passerons sous silence les péripéties pour arriver à cette publication !

Ci-dessous j’ai ajouté quelques petites choses qui manquent dans la vidéo (l’émotion tout ça vous connaissez.) ainsi qu’un récap de ma routine.

La vidéo est ci-dessous ou sur youtube ici !

Quelques points de ma routine :

  • Tous les jours : vaporisateur avec de l’eau de source et une huile, en ce moment c’est l’huile nutrition extrême de  René Furterer mais je ne suis pas arrêtée sur une huile en particulier;
  • 1 fois tous les 10 jours : co-wash avec le complete Conditioning Co-wash de chez Cantu Shea Butter
  • 1 fois par mois : shampoing clarifiant au savon noir de Shea Moisture + un shampoing doux, en ce moment Shampoing doux et démêlant OL’ALFRO ici 
  • A chaque shampoing / co-wash : leave in conditionner Cantu Shea Butter
  • Une crème nourrissante : Carolina B (c’est le format voyage dans la vidéo et sur la photo)
  • Un e-shop : Hairbeautyland
  • Je bois 2L d’eau par jour
  • Je ne les manipule que très peu, les démêle aux doigts lorsqu’ils sont mouillés. Si nécessaire j’utilise un peigne à larges dents et/ou la brosse Denman
  • Mes 3 coiffures faciles : le twist out, le puff et l’afro (en réalité les seules que je maîtrise !)
  • Je me coupe les pointes tous les trimestres au salon de coiffure 
  • Le salon de coiffure afro que je recommande : L’Amethyss au 85 Rue la Fayette, 75009 Paris. Vous aurez 10% de réduction en y allant de ma part.
  • Je rappelle à mes cheveux qu’ils sont beaux et ne les dénigre JAMAIS même si parfois je démissionne et que je les tresse histoire de changer de tête et de mieux nous retrouver plus tard.
  • Je les aime et suis fière de les porter au naturel.

N’hésitez pas à partager vos astuces en commentaires ! Quels sont les produits que vous utilisez ? Quelle est votre routine ? Préférez-vous les soins à domicile ou plutôt au salon de coiffure ? Je veux tout savoir !! 


Retrouvez-moi sur Facebook / Twitter / Instagram / Youtube ainsi que sur le shop pour commander une pièce de ma collection Ibilola !

fb

Pin It
Translate »