Les mains moites, des insomnies la veille d’une présentation devant les collègues, la peur du jugement, de se vautrer, d’être au centre de l’attention, de raconter des bêtises. Cela vous dit quelque chose ?

Sachez que vous n’êtes pas seul.e à redouter le moment de prendre la parole en public.

Vous êtes d’ailleurs 65% à avoir répondu que c’est « l’horreur » et le « stress » pour vous lorsque j’ai posté un sondage sur mes stories sur Instagram.

Dans mon travail, je suis régulièrement amenée à prendre la parole en public ou face à des inconnus que ce soit lors d’événements ou sur un plateau pour une interview. C’est un exercice que j’aime particulièrement car j’adore parler échanger, raconter mon histoire. C’est un fait.

Ne vous y méprenez cependant pas : juste avant de « monter sur scène » je suis souvent toute tremblotante. Généralement j’ai la voix qui tremblote au début puis je me détends au fur et à mesure de mon allocution.

Vous êtes souvent nombreuses à me dire que je suis si à l’aise dans cet exercice. Eh bien c’est sans doute parce que je me mets toutes les chances de mon côté pour y arriver.

J’estime d’abord que j’ai un réel propos et des idées à défendre. Si je suis là c’est parce que j’ai ma place à cet endroit précis. 

Néanmoins, je le racontais il y a peu j’ai fait beaucoup de théâtre au lycée ainsi que des activités en lien avec la représentation comme la chorale du collège.

J’étais aussi toujours partante pour parler lors des exposés en classe notamment lorsque le sujet était libre et que je pouvais placer les 3T dans la conversation.

Je suis issue d’une formation juridique avec la chance dés la première année de m’inscrire à un atelier d’éloquence où on traitait de cas pratiques à l’oral.

Enfin, last but not least, en travaillant pendant 4 ans en tant que chargée de recrutement : je devais mener des entretiens collectifs avec des groupes de 3 à 12 candidats au bureau ou dans des associations, au pôle emploi ou encore sur des forums avec des publics complètement différents.

Tout ça pour dire que je ne pense pas que savoir s’exprimer en public soit inné. Certain.e.s ont certes plus de prédispositions que d’autres à le faire mais cela s’apprend et se travaille.

Faire des stories par exemple ce n’était absolument pas mon truc lorsque la fonctionnalité est arrivé sur les réseaux sociaux. Je me suis prise au jeu en me disant que j’avais un rôle à jouer histoire de me motiver. Aujourd’hui je fais même des live en attendant mon allocution lors d’un prochain Tedx

Sans pour autant avoir le même parcours que moi, sachez que chacun a des atouts qui ne demandent qu’à être exploités.

Je pense que comme beaucoup de choses il y a une part de peur qui nous freine et nous empêche d’y aller. Il n’est surtout jamais trop tard pour apprendre.

Avez-vous vous noté l’aisance avec laquelle les américain.e.s savent faire le show partout ? Ils apprennent la prise de parole en public dés le plus jeune âge ! En maternelle ils sont encouragés à s’exprimer régulièrement. 

Il y a tout un tas de choses à prendre en considération et c’est aussi nécessaire de ne pas se culpabiliser ou se comparer à un.e autre car on n’y arrive pas.

Si cela vous pèse vraiment ou que vous souhaitez juste vous faire plaisir et vous surprendre : n’hésitez pas à rechercher des cours d’improvisation, ateliers de prise de parole, des tutoriels sur Youtube. Google est votre ami.

J’ai une connaissance qui avait testé les ateliers « toastmaster » elle en était hyper satisfaite et toujours enthousiaste à l’idée de me raconter ses progrès. 

Proposez des après-midi à vos ami.e.s où chacun pourra traiter d’un sujet, why not ? Parlez face à votre miroir (tout comme danser tout nu c’est libérateur !) . Pourquoi ne pas créer une chaîne youtube ou faire des petites stories ? Ouvrons le champs des possibles. 

Mon astuce principale pour réussir mes prises de parole est de me préparer. Cette étape est primordiale. Je ne m’exprime que sur des sujets que je maîtrise. Je me forme, me documente et prépare mon allocution. Le plus simple pour moi est de rédiger mon texte ou préparer des fiches, refaire le point sur des questions qui me sont souvent posées. Il m’est déjà arrivé d’enregistrer mon discours sur les notes vocales de mon téléphone. C’est aussi un exercice qui m’a appris à un peu plus accepter le son de ma voix et à poser celle-ci qui a tendance à monter dans les aigus lorsque j’ai une montée d’adrénaline.

Ensuite je lâche prise. Une fois que je suis préparée, que je sais ce que j’ai à dire : je me fais confiance. Je respire et c’est parti !

N’oubliez pas que si vous êtes là c’est parce que vous y avez votre place.

Prendre la parole en public pour vous c’est plutôt les doigts dans le nez ou l’horreur absolue ? Qu’avez-vous déjà testé pour réussir à prendre la parole en public ? N’hésitez pas à nous en faire part en commentaires. Ceci pourra aider la communauté. 

Les photos qui illustrent ce billet pourraient sembler ne rien avoir à faire avec le sujet sauf que se faire prendre en photos dans la rue est un réel exercice de confiance en soi qui m’a aussi permis à appréhender le regard d’autrui sur moi qui plus est d’inconnus. Cela reste une démarche quand même assez exceptionnelle pour le commun des mortels ! Les gens ne se gênent pas pour vous regarder, faire des commentaires, s’incruster dans la photo. Cela permet de forger le caractère et de rester impassible !

J’avais complètement oublié ces photos alors que c’est le souvenir d’une très belle journée avec la Cathédrale Notre Dame toute pimpante. Photos prises par Fatou.

Pour les bottes grandes pointures et mollets larges, rendez-vous sur cet article pour mes bonnes adresses shopping.

Pour aller plus loin
Découvrir www.ibilola.com ma ligne de vêtements grande taille en Wax
Me suivre sur Instagram
Rejoins la communauté sur Facebook
Discutons sur Twitter
J’ai quelques vidéos sur YouTube

Author

Blogueuse body Positive depuis 2007 Créatrice de #Ibilola et fondatrice de #FrenchCurves contact@gaelleprudencio.com

2 Comments

  1. Ah pour moi c’est l’angoisse totale ! Ahaha. J’ai ma voix qui se met à trembler, et le pire, j’ai des plaques rouges au niveau du buste. Alors ça se voit à chaque fois, maintenant on me dit même : « Ah tu as parlé ? Tu as des plaques ! » Et même en famille, quand je raconte une histoire, une blague ou autre… Et qu’on me regarde, moi, que moi…. Ah c’est l’horreur ! Merci pour votre article, il est super bien écrit 🙂

    • Oh merci pour le partage. J’imagine que ça ne doit pas être évident à gérer. Je n’ai pas parlé des exercices de respiration mais ça peut beaucoup aider aussi.

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
Translate »