Je profite d’être sur le trajet retour de mon séjour à Cotonou pour rédiger ces quelques lignes. J’y partage cette série photos et cette tenue gorgées du soleil et de toute les ondes positives que j’ai prises lorsque j’étais au Bénin. C’est un look que j’affectionne particulièrement. Il serait idéal pour un moment spécial comme celui que je fête aujourd’hui en grande partie grâce à vous qui me lisez.

12 ans de blogging …

Le 22 octobre 2007 je me lançais dans cette grande aventure qu’est le blogging. En chemin j’ai rencontré Gaëlle Prudencio, une nana avec qui je prends plaisir à cheminer au quotidien.

Il y a 12 ans, lorsque je commençais à tenir ce journal intime ouvert sur le monde, je ne savais pas où j’allais mais j’étais convaincue que ce choix était nécessaire.

J’ai découvert que j’ai une voix et qu’elle peut porter très loin. Ce qui m’a permis de tracer ma voie sur un boulevard qui est grand ouvert pour persévérer, continuer à me former et investir sur moi. Cela m’a permis de faire la connaissance de tellement de personnes, croiser des routes, appris de tant de rencontres qu’il faudrait un livre pour conter tout le bien-être que cela me procure. 

Créer un blog alors que je me sentais à l’étroit dans mon corps m’a permis d’exprimer tout ce que je gardais en moi et qui pesait bien trop lourd. J’ai réussi à soigner tant de maux à travers ces mots que j’écris donc depuis 4380 jours.

La légende de mon premier billet était courte : « Bonjour, je m’appelle Gaëlle Vanessa mais vous pouvez m’appeler Vanoue. J’ai 24 ans, je vis à Lille et je suis étudiante en droit. Je voudrais partager mes tenues du jour comme vous. Merci pour votre accueil. »

Je n’imaginais pas en 2007 que ces quelques mots m’entraîneraient dans une folle aventure où se mêleraient l’acceptation et l’affirmation de soi avec la découverte des vêtements et de l’histoire que je raconte à travers eux.

Vanoue n’est plus mais cette jeune fille, devenue une femme a fait un sacré bout de chemin ces dernières années.
Ce n’est pas ultra fun ni super glamour tous les jours mais j’ai créé un travail dans lequel je m’épanouis. Je ne dirais pas que le blogging a changé ma vie car je me sens parfaitement à ma place et dans la vie que je veux vivre . Il se pourrait que cela ne soit plus le cas dans dans 1 an, 5 ans ou plus.

En tous cas pour l’instant je suis heureuse d’avoir créé un travail sur mesure qui correspond à celle que je suis aujourd’hui.

Je vis à 100% de mon activité sur internet

Le blogging était au départ un hobby et un exutoire face à mon mal-être. Aujourd’hui, je blogue de façon professionnelle.

La grande question que beaucoup de personnes se posent est : comment gagne-t-on de l’argent en tant que blogueur ?

Je crée du contenu pour des marques qui cherchent à accroître leur notoriété ou communiquer sur un produit en particulier. Je présente donc leurs produits dans des billets sponsorisés ou fais du placement de produit à l’occasion d’un shooting, sur instagram ou lorsque je suis invitée sur un événement.

D’autres marques vont quant à elles préférer créer ce contenu par elles-mêmes et m’engager en tant que modèle. J’ai récemment participé à la dernière campagne de M.A.C Cosmetics pour la sortie de la ligne de rouges à lèvres « LOVE ME ».

Je fais en outre du consulting pour des marques, des institutions qui souhaitent s’inscrire dans une démarche de plus de diversité à différentes échelles de leur communication. C’est un travail de fond et passionnant car je suis au contact de personnes qui sont vraiment investies dans ce type de projet.

Elles font appel à moi car lorsque je m’exprime sur le Body positive par exemple c’est parce que j’incarne cet état d’esprit et que je ne l’adopte pas que pour un hashtag sur les réseaux sociaux.

Je développe aussi mon activité de speaker. Il s’agit des événements à l’occasion desquels je prends la parole au sujet de l’acceptation de soi où je raconte mon histoire et livre mes astuces dans ce domaine. C’est ce que j’ai fait lors de la Beauty School de My Little Box avec Instagram ou encore durant le festival Afropunk. Il y a peu je suis intervenue dans un centre social pour échanger avec des jeunes sur mon activité « d’influenceuse » et leur parler de l’envers du décor des jolies photos d’Instagram.

Enfin, j’organise depuis 2 ans les Curves & Cocktails qui me permettent de vous rencontrer régulièrement, en petit comité pour échanger sur des sujets liés à l’épanouissement personnel. Je travaille encore sur les contours de ce rendez-vous et aime bien l’idée de faire intervenir un expert dans son domaine pour vous apporter les clés nécessaires qui vous aideront à déployer vos ailes.

Evidemment, il y a Ibilola, ma ligne de vêtements en Wax qui constitue 50% de mon activité et qui n’existerait pas sans la communauté que j’ai réussi à fédérer au fil de ces années. J’ai quelques billets au sujet de ma démarche d’entreprendre dans la mode grande taille ici et ici.

Comment je gère tout cela ? Certaines de ces activités prennent moins de temps que d’autres. Heureusement parce que l’organisation n’est pas ce dans quoi j’excelle et que j’ai besoin de diversifier mes tâches pour toujours prendre du plaisir.

Mon métier, ma passion

Après 12 années, je continue à être passionnée par la question même de bloguer, de passer des heures à rédiger un billet qui me tient à coeur, à prendre des photos pour traduire ma pensée en images et à animer ma communauté, notamment grâce à #FrenchCurves qui regroupe des femmes qui conjuguent la beauté au pluriel.

L’été dernier lorsque le challenge de autour du maillot de bain a été masqué par Instagram j’ai vraiment cru que j’allais tout casser ! Cela m’a encore plus donné de force de continuer à m’exprimer sur internet car j’ai bien conscience qu’il est plus que nécessaire de libérer la parole des femmes sur différents sujets.

Le maître-mot est de rester authentique et en accord avec ses valeurs. Lorsque je ne suis pas à l’aise avec une marque ou avec un produit je ne travaille tout simplement pas avec eux. De la même façon que j’ai appris à dire non même si la pression financière est parfois difficile lorsqu’on est travailleur indépendant.

Je reviens toujours aux raisons pour lesquelles j’ai commencé toute cette aventure. Le fameux « pourquoi ? « . Si la réponse ne me convient pas alors je n’y vais pas.

J’aime ce que je fais et considère que je suis chanceuse de me lever le matin ou de me coucher très tard pour une activité qui me plaît et qui a du sens pour moi. J’avoue que je ne compte pas mes heures et que c’est un point d’amélioration à apporter dans ma vie.

Commencer pour les bonnes raisons

Il paraît que le blogging est mort, que les gens ne lisent plus, que seules les apparences et l’image comptent.

Que nenni.

Il est vrai que les réseaux sociaux ont pris beaucoup de place et qu’il y a plus d’interactions sur Instagram que sur les blogs mais non, le blogging a encore pleins de beaux jours devant lui. Je vous encourage d’ailleurs à vous lancer si vous le souhaitez. Même si le sujet que vous avez envie d’aborder est déjà traité par des centaines de personnes : il ne le sera jamais comme vous souhaitez le faire avec votre vécu.

Faites le avec le moteur premier de partager ce qui vous anime. Ne demandez l’approbation de personne et soyez surtout vous-même sans essayer de copier les soit-disant recettes des un.e.s et des autres. N’attendez pas non plus qu’on vous suggère des sujets à traiter. C’est vous qui donnez le ton et non pas le lectorat. Celui-ci suivra s’il vous sent sincère dans votre démarche.

Pour ma part, c’est uniquement au bout de 9 ans de blogging que j’ai commencé à penser business, à structurer mon activité et à réellement travailler pour atteindre mes objectifs.

Avant cela je ne me tournais pas les pouces, non non. J’avais déjà commencé à planter des graines mais n’en avais absolument pas conscience. C’est par exemple le cas de l’actrice Gabourey Sidibe qui a récemment porté du Ibilola. Qui aurait cru il y a quelques années, lorsque je prenais des selfies à New York avec une blogueuse, que celle-ci penserait à mes créations pour habiller l’actrice dont elle est désormais la styliste ? Il se trouve qu’elle a suivi mon évolution toutes ces années et décidé de donner un coup de pouce à ma marque. Cela parce que le message que je véhicule avec celle-ci reste cohérent depuis le début. J’ai des tas d’exemple dans ce sens. Des actions que j’ai menées par passion il y a quelques années qui aujourd’hui se transforment en véritable opportunités.

Le star system

Entendons-nous bien sur le fait qu’être blogueur, influenceur, whatever n’est pas un gage de célébrité ou de richesse. La réussite quant à elle dépend de ce que chacun.e met derrière ce terme. Il ne devrait en tous cas pas être attaché à un nombre d’abonnés, de partenariats ou de produits reçus. Seul le travail paie. Le reste c’est de la poudre de perlimpimpim.

Gratitude

Wahoo je vais m’arrêter là car je n’avais pas réalisé que j’avais autant de choses à dire alors que je n’ai même pas encore terminé en fait. N’hésitez pas à me poser des questions si le sujet vous intéresse. J’y répondrai avec plaisir.

Il ne me reste plus qu’à vous remercier : mes fidèles lectrices présentes depuis le début ainsi qu’à toutes celles qui débarquent chaque jour ici car cela fait désormais 12 ans que nous entretenons une relation très particulière grâce au blogging. Je vous embrasse.

Les détails du look

La robe vient de chez Ashley Stewart. Une marque américaine dans laquelle j’aime beaucoup faire mon shopping. L’eshop livre en Europe. Notez que ça taille un peu grand. Leurs jeans sont super bien coupés notamment si vous avez une cambrure prononcée. Leurs prix sont abordables. Il y a souvent des soldes. Cette robe est malheureusement en rupture de stocks mais vous pouvez découvrir l’e-shop ici. J’adore les robes porte-feuilles. Elles se portent en toute saison. Je mettrai d’ailleurs celle-ci avec un trench et des bottines. Mes chaussures sont de chez Evans. L’eshop anglais spécialisé dans les grandes pointures. Je vous en ai déjà parlé dans ce billet.

Une partie des photos ont été prises à l’hôtel La villa Nicolo par Capucine De Chocqueuse. J’ai été maquillée et coiffée par Nallah Sangaré.

Les photos

Pour aller plus loin

Découvrir Ibilola, ma ligne de vêtements grande taille en Wax
Me suivre sur Instagram 
Rejoins la communauté sur Facebook
Discutons sur Twitter 
J’ai quelques vidéos sur YouTube

Author

??ë??? ????????? #Ibilola Designer Blogger since 2007 ? French #BodyPositive Leader #FrenchCurves Founder ?????? ?Paris, France ?contact@gaelleprudencio.com gaelleprudencio.com/about

8 Comments

  1. Bonjour et merci pour cet article ! Vous avez un parcours passionant et vous êtes une réelle source d’inspiration pour ceux qui ont peur de se lancer dans leurs rêves.

  2. Que ça fait du bien de te lire Gaëlle. J’aime ce que tu dégages et tous les conseils que tu donnes sont une vrai source d’inspiration. Je te souhaite encore de belles années de blogging et surtout le meilleur. Biz d’une nouvelle abonnée.

  3. Happy blogging birthday Gaëlle!
    Moi aussi je suis pleine de gratitude pour toi. Avant toi je n’avais jamais entendu parler de Bodypositivité et le simple fait même d’avoir un regard bienveillant sur son corps ne m’avait jamais traversé l’esprit. Je ne savais pas « aimer mon corps » et quand je le regardais, je regardais surtout ce que j’aurais aimé changer. Avec toi j’ai appris.
    Aussi loin que je me souvienne je me suis toujours trouvé grosse. Même quand tout le monde me disait que j’étais trop mince. Bref… aujourd’hui je m’affirme de plus en plus et je transmet cela à mes soeurs. Et ça marche ! C’est encore un défi pour moi par moments mais ma petite soeur de 16 ans vit la Bodypositivité à fond! Elle a un regard bienveillant sur son corps et sur celui des autres ! Finalement j’apprend d’elle aussi.
    Merci de m’avoir montré qu’un autre rapport au corps était possible.
    Pleins de bisous ensoleillés

  4. Coucou,
    Je te suis depuis presque 8 ans, et que d’évolution.
    Tu peux tellement être fière de toi et du chemin parcouru!
    J’adore tes collections de vêtements même si je n’ai pas encore eu l’occasion d’investir.
    bisous

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
Translate »