Sans contrefaçon

Posté le 12 octobre 2017

Hello mes beautés !

Je réalise que je n’avais pas partagé avec vous ces photos prises lors de mon séjour à Liverpool pour le Curve Fashion Festival en septembre dernier.

C’était un très beau week-end et nous avons pris ces photos en toutes fin de journée avant de nous promener dans le quartier des Docks dans lequel notre hôtel se situait.

A part les boucles d’oreilles et le sac, toutes les pièces de cette tenue viennent de chez New Look. Je vous mets tous les liens à la fin de mon billet. 

C’est marrant à quel point écrire certains billets me fait voyager loin très loin et c’est ce qui m’arrive au moment où je termine celui-ci en lui trouvant un titre. « Sans contrefaçon » est ce qui m’est apparut le plus vrai puis je me suis dit « hum n’est-ce-pas un hymne adopté par la communauté homosexuel ? » « Dans quoi t’aventures-tu Gaëlle Prudencio ? (oui je papote avec moi…). Puis j’ai fait quelques recherches et je découvre des analyses de textes de ce morceau interprété par Mylène Farmer que j’ai chanté comme beaucoup à plusieurs reprises. Ceci m’a marquée « Je n’en fais qu’à ma tête : par cette phrase, Mylène commence à se délester du poids que représentait le regard des autres pour elle. Elle se sent plus libre de faire comme elle l’entend. »

En fait c’est bel est bien le bon titre pour ce billet. Sans contrefaçon.

Sur ces photos je porte un total look noir, j’ai les cheveux tirés en arrière et je ne souris pas. Je me vois et sens si apaisée. Cela m’a frappée en triant les photos. Un look qui pourrait sembler strict et éloigné de ma personnalité enjouée et dynamique. C’est pourtant une tenue qui exprime un autre trait de ma personnalité. Celui d’une certaine sensibilité que je ne montre pas forcément au premier abord et que j’ai appris à dévoiler un peu plus ces dernières années. 

Cela faisait très longtemps que je n’avais pas porté de total look noir (la dernière fois sur le blog remonte à l’été 2016 ici) alors que je me suis pourtant réconciliée avec cette « non » couleur. 

Après des années à la rejeter à force d’entendre que le noir amincit et qu’il était préférable de l’adopter pour cacher ses rondeurs, atténuer ses formes et sans doute être invisible aux yeux de la société, j’avais délibérémenr fait une sorte de black out et décidé de n’en porter que très peu. Un petit top par-ci, un pantalon par là mais jamais en total look !

J’ai par ailleurs développé une passion pour la couleur, les imprimés originaux et même parfois hasardeux. Cela me rendait heureuse et contribuait à me redonner une place dans la société parce qu’en fait on pouvait me voir. Je sortais en quelque sorte du lot. J’avais besoin de me faire remarquer, de sortir du cadre et de ne pas être comme tout le monde. C’est marrant à quel point le besoin d’être visible m’avait même conduite à forcer le trait de mon caractère jovial et peut-être éloigner ceux qui auraient aimé découvrir cette sensibilité que je cachais si bien dans ma forteresse. 

Mon état d’esprit est quelque peu différent aujourd’hui.

Je n’ai plus peur d’être discrète, de ne pas être remarquée ou d’être parfois dans mon coin car cela me permet d’observer et d’être plus concentrée sur mon environnement. Le fait de ne plus jouer au « pitre » de service m’a permis de me découvrir et de reconnecter avec ma vraie personnalité.

J’aime porter de la couleur et des imprimés (encore heureux sinon ce serait compliqué pour moi de porter des vêtements Ibilola !) et j’aime aussi porter des couleurs plus neutres ou sombres, être discrète sans pour autant me sentir invisible.

De toutes les façons, au vue de ma taille, mes formes, ma couleur de peau et le volume de mes cheveux je ne passe jamais inaperçue et c’est aussi quelque chose que j’ai accepté et que je ne considère plus comme une espèce de tare ou de défaut. C’est moi tout simplement. Sans contrefaçon.

C’est si bon d’être soi. De s’accepter et s’aimer dans toute sa complexité. J’adore ça. Être moi. Être libre d’être soi et de l’affirmer sans contrefaçon et sans filtre.

Et vous ? Plutôt imprimés colorés, total look noir ou les 2 ? On se croirait dans un questionnaire matrimonial sur Facebook ! « Célibataire ? En couple ? ou C’est compliqué ? » Qui êtes-vous ? Sans contrefaçon ?

Je vous laisse découvrir les photos de la tenue qui illustre ce billet. N’oubliez pas que tous les détails sont à la fin du billet.

 



Je porte : Tee-shirt (ici)* – Jupe ( jusqu’à la taille 60 ici) * – Veste (sold out) autre veste en denim ici ou par ici*- Escarpins (sold out) New Look / Sac et boucles d’oreilles (ici) Zara

Merci à Patylicious pour les photos !

Retrouvez-moi sur Facebook / Twitter / Instagram / Youtube ainsi que sur le shop pour commander une pièce de ma collection Ibilola !

fb

*Articles offerts par la marque / Ce billet contient des liens affiliés.

Catégorie(s): Mode

2 commentaires pour “Sans contrefaçon”

    Ophelyinthesky

    12 octobre 2017

    Bonjour Gaëlle,

    Comme je te comprends sur le « black out », toute mon adolescence, quand ma maman m’obligeait a faire du shopping, elle ne m’achetait que des trucs noirs, ou gris…Aujourd’hui.jen porte très peu hors cadre pro, et dernièrement une copine ma dit  » ah mais tes toujours habillée coloré, tas ton style, tu sais te mettre en valeur en couleur »! Et quand j’ai une pièce flashy j’ai souvent des commentaires hyper flatteurs (pas que je sois demandeuse, je m’habille pour moi, pas pour les autres)
    Le truc c’est que les habits colorés faut les assumer (ronde ou pas) , il faut les porter fièrement, et ça c’est hyper positif, ya l’attitude qui va avec! Et ça clairement, tu es exactement le genre de nana à qui ça va hyper bien!!!
    Il n’empêche que cette tenue noire est très classy! et la touche rouge des boucles d’oreille nous rappelle ton côté sunny!

    Répondre

      Gaelleprudencio

      15 octobre 2017

      Hello Ophely,
      Merci de partager une partie de ton histoire ici. Oui c’est vrai qu’il faut savoir assumer la couleur aussi ! Merci beaucoup.

      Répondre

Reagir