Sorry, I ain’t sorry

Posté le 8 juillet 2016

Sorry, I ain’t sorry
Sorry, I ain’t sorry
I ain’t sorry
N*gga nah
Sorry, I ain’t sorry
Sorry, I ain’t sorry
I ain’t sorry

sorry-beyonce-lemonade-lookbook

Lors de manifestations familiales, j’entends souvent « Gaëlle tu n’es pas encore mariée ? Tu n’as pas encore d’enfants ? Attention hein ! Tu dois être difficile toi ! »

Au nom de quoi se permet-on de juger des choix de vie des uns ou des autres ? A partir du moment où je connais ma valeur et où je sais exactement ce que je souhaite, j’estime que je suis en droit d’être exigeante en ce qui concerne les relations que j’ai. Alors non, je n’ai pas à m’excuser d’être toujours célibataire à mon âge.

Non je n’ai pas à me sentir coupable de prendre le temps de rencontrer la bonne personne. On m’a d’ailleurs un jour conseillé d’aller « me faire faire un enfant alors ». Cette phrase m’avait profondément choquée comme s’il n’était pas déjà compliqué d’élever un enfant dans un monde à l’avenir incertain, il faudrait en plus que j’en fasse un avec le premier venu.

Cette question me chagrine car oui j’aimerais avoir des enfants mais au moment où je l’aurai décidé, au moment où j’aurai suffisamment confiance en une autre personne pour accepter de lui confier la vie de mon enfant. Peut-être que je me tromperai dans ce choix, mais au moins il aura été réfléchi.

Je suis excédée par cette culpabilisation constante des femmes, notamment des femmes africaines qui une fois passé un certain âge sont comme condamnées à des réflexions désobligeantes.

sorry-lemonade-gaelle-prudencioAujourd’hui je travaille sur moi, pour être en accord avec moi-même. Une fois que ce travail aura réellement abouti, là ce sera le moment pour moi de pouvoir accueillir un autre être sur cette terre.

C’est vraiment important pour moi d’aborder cette question car il y a bien trop de femmes qui ne se trouvent pas normales, qui se retrouvent dans des relations malsaines et destructrices uniquement à cause de cette culpabilité là alors qu’elles n’ont tout simplement pas besoin de s’excuser.

J’ai décidé de prendre soin de moi  avant tout pour m’accomplir et ne jamais être désolée de penser d’abord à mon bien-être.

Sorry, I ain’t sorry
Sorry, I ain’t sorry
I ain’t sorry
N*gga nah
Sorry, I ain’t sorry
Sorry, I ain’t sorry
I ain’t sorry

new-look-curves-gaelle-prudencio


 

Je porte : chemise et jeans New Look Curves /Pochette H&M / Sandales Castaluna / Montre Casion / Bijoux AWAYA Jewelz

Avez-vous vu la vidéo du lookbook inspiré de Lemonade de Beyonce ? Retrouvez-le ci-dessous

Mille Merci à toutes celles et ceux qui ont participé à mon premier lookbook 😉

Marques partenaires:
www.diouda.fr
www.iman-cosmetics.fr/
www.matfashion.com 
AYAWA Jewelz 

Equipe:

Direction Artistique – Conseils Image : ️www.lydexperience.fr @lydexperience

Direction, montage, vidéo et photographie : D.Ice Photography
Réalisation Maquillage : Blakiabeauty @blakiabeauty site internet
Réalisation Coiffure : AYAWA Hairstyle @vvjewelz

Retrouvez-moi sur Facebook / Twitter / Instagram / Youtube /

logo test

Catégorie(s): Mode

8 commentaires pour “Sorry, I ain’t sorry”

    Béa LaRed

    8 juillet 2016

    Tes looks sont fantastiques !! Du glam, de l’assurance, de la classe !!! Que de bonnes choses réunies !
    Et aussi merci pour cet article en particulier… Car il est vrai que non seulement, les gens jugent l’apparence, mais aussi la situation personnelle ! J’ai déjà entendu maintes fois cette phrase « ne sois pas trop difficile! » Cela me sidère !! A croire que l’on doit se brader, ou accepter n’importe quelle relation pour ne pas être seule !
    Bref, en tout cas, bravo pour ce nouveau chemin que tu entreprends !!! BIG UP !!

    Répondre

      Gaelleprudencio

      14 juillet 2016

      Merci Béa. C’est quand même dingue tous ces jugements envers les choix de vie des autres ! Je tends aussi à un peu plus de tolérance et bienveillance envers les autres.

      Répondre

    Kadiatou

    8 juillet 2016

    Malheureusement cette pression sur les femmes existe dans toutes les familles, pays, galaxies…J’étais « Childfree » à cause de ce monde de fou puis la vie, la rencontre…je suis maman…et ce que j’ai appris lors de ma grossesse c’est que les gens parleront toujours quoi qu’il arrive et finalement ils s’en soucient guère donc je ne comprends vraiment pas en quoi ça les regarde ! Parfois j’ai l’impression qu’il faut aussi que je m’excuse d’avoir eu un enfant …bref de toute façon ce sont toujours les femmes qui sont obligées de se battre pour leurs choix

    Répondre

      Gaelleprudencio

      14 juillet 2016

      Wahoo c’est très fort ce que tu dis là : effectivement il y aura toujours des jugements et c’est bien triste.
      L’essentiel est surtout de vivre en accord avec soi.

      Répondre

    jamillee millee Amanda

    8 juillet 2016

    J’aime beaucoup cette nouvelle aventure . Tes posts, ton ton m’ ont toujours plus et là encore davantage. Tes photos dégagent une force impressionnante.

    Répondre

    Kristelle

    27 juillet 2016

    Laissez-les parler, laisse parler les gens comme dit la chanson, et c’est exactement ça !!!

    Pour ma part, je ne suis pas africaine mais dans ma famille c’est exactement pareil. Beaucoup sont et restent très « vieille France ». Tout ce qu’en général je déteste dans ce comportement étroit d’esprit.
    Ces réflexions, le fait que je ne leur présente personne, que je ne suis pas mariée, pas d’enfant, pas le poids qu’il faut, pas le travail ou la carrière qu’ils auraient rêvés pour moi… Et puis, j’ai décidé de faire mon chemin. Mes relations privées sont restées strictement privées. Plus on me parlait et plus ma vie était mon jardin secret qui ne les regardait pas. Mon indépendance, c’est cette fleur qui s’épanouit au soleil.

    J’y ai trouvé mon bonheur. Ils ont essayé de me caser avec des personnes qui ne me correspondaient ABSOLUMENT pas, des bouteilles lancées à la mer en pensant que cela m’intéressait.

    Au final, j’ai rencontré quelqu’un qui me correspond et je les ai mis au pied du mur. Qu’ils l’aiment ou non, c’était pareil. Pas le choix parce que c’est ma vie que je tiens entre les mains et que j’en suis seule maîtresse.

    Répondre

      Gaelleprudencio

      27 juillet 2016

      Merci de partager une partie de ton vécu Kristelle. Il y a tant de femmes qui gagneraient à le lire aussi. Cette conversation est primordiale pour dédramatiser et déculpabiliser. Merci et félicitations pour ta force de caractère.

      Répondre

Reagir