Gaelle Prudencio Show must go on ... - Gaelle Prudencio

Show must go on …

Posté le 8 avril 2018

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux vous savez que j’ai récemment perdu un être cher.

Elle s’appelait Marie Yvonne et avait 21 ans.

Même si je me préparais à cette éventualité là depuis plusieurs mois que je l’accompagnais du mieux que je pouvais comme les autres membres de la famille, son décès reste un choc.

Il reste incompréhensible et difficile à accepter.

D’un autre côté c’est aussi un soulagement car elle ne souffre plus. Elle se repose enfin.

Je suis arrivée à Dakar il y a quelques jours pour ses obsèques. Une réelle expérience de vie pour moi qui ai toujours réussi à fuir ce type d’événements.

Je me plains régulièrement du poids social au Sénégal mais là je peux vous dire que je suis bien heureuse que ma famille soit entourée de toutes ces personnes qui viennent présenter leurs condoléances tout au long de la journée. C’est vraiment thérapeutique. 

Je vis tout ceci pleinement en profitant de ma tristesse et en pleurant sans me cacher car non non je ne suis pas forte et je n’ai pas envie de l’être.

Je profite aussi des moments de rigolade où nous nous remémorons certaines anecdotes au sujet de ma cousine.

Cela m’aide énormément pour « l’après Marie Yvonne » car plus rien ne sera jamais comme « avant ».

Je ne pense pas que j’aurais réussi à écrire ces lignes si j’étais restée en France loin de ceux que j’aime.

Le mot famille au sens large du terme prend d’ailleurs tout son sens ici.

Comment faire maintenant ? Comment continuer à vivre sans elle ? Parce que la vie doit reprendre ses droits.

J’ai souvent entendu des artistes parler de ce moment où juste avant de monter sur scène pour un spectacle, ils apprenaient le décès d’un proche et ont pris la décision d’y aller. De donner leur show, parfois leur meilleur show alors que le chagrin les consumait.

Ils ont réussi à donner vie à leur personnage, à l’animer, à tenir le coup face à la douleur et à faire le job.

Je suis dans cet état. Cet état où la douleur est forte, où elle a pris toute la place dans ma vie.

Comment faire quand on n’a pas de personnage à jouer, quand ce qu’on partage avec le monde c’est un peu de soi ? Comment faire lorsque c’est une partie de soi qu’on dépose là ?

Je ne pouvais pas revenir ici comme si de rien n’était. Je ne pouvais pas revenir en mode « pump it up » comme si rien n’avait changé dans ma vie, comme si tout allait bien depuis le 27 mars 2018. Non ce n’est pas possible. J’aurais le sentiment de me trahir et de la trahir si je n’en parlais pas. Déjà que cela fait des mois que j’essaie de rester de positive, de garder l’espoir et la foi en me persuadant que tout irait bien…

Elle a fait partie de ma vie, Elle m’a montré à quel point la vie est précieuse et m’a confirmé que seul le moment présent compte.

Il y a quelques semaines , juste avant de nous quitter lors d’un énième séjour à Montpellier où je lui rendais visite , nous avions eu une conversation alors que je vivais un moment difficile de ma vie de femme.

Elle m’a dit « je suis fière de toi ». « Je suis fière de ce que tu fais ». « Je suis fière de dire que tu es ma dada » « continue à profiter et à faire ce que tu fais » « continue à te foutre des gens et de ce qu’ils pensent » « je suis fière toi ».

Moi la dada, la grande sœur, j’étais redevenue une enfant qui avait besoin d’entendre ces mots pour grandir et avancer malgré mon désarroi.

Je n’ai pas eu l’occasion de le lui dire, mais c’est grâce à ses mots que j’ai réussi à reprendre l’écriture, que j’ai réussi à recommencer à partager des articles sur mon blog. C’est grâce à Elle que j’ai compris que la vie est un immense terrain de jeu dont je fixe les règles. C’est grâce à Elle que j’ai repris le dessus. C’est en fait l’héritage qu’elle m’a laissé.

Jusqu’à présent j’ai vécu et croqué la vie à pleines dents pour 2. Pour ma grande sœur Ibilola, et moi même.

Aujourd’hui j’ajoute ma cousine, ma petite sœur, mon amie, ma confidente à cette équation . C’est tout ce qui compte désormais.

Je remercie le Seigneur, l’Univers, Allah, je ne sais pas comment vous le nommez : de m’avoir donné la chance et l’honneur de l’avoir dans ma vie.

Je suis convaincue que chaque rencontre est un passage pour apprendre, chaque expérience est une occasion de se redéfinir et je suis reconnaissante de ça.

Je laisse ces quelques lignes ici comme un contrat avec moi-même et avec vous. Un contrat pour continuer à vivre pleinement même si c’est dur.

Je reviendrai lire ces lignes lorsqu’il m’arrivera d’en douter. 

J’illustre ce billet avec une photo prise sur une plage de Dakar. J’ai profité de quelques instants seule au bord de la mer pour reprendre mon souffle. Ces dernières semaines ont été éprouvantes. Cela fait tant bien de prendre du temps pour soi et se créer des espaces pour se retrouver et se ressourcer. Le fait de prendre le temps d’ecrire au sujet de toutes ces émotions, de préparer mon témoignage au sujet de Myvonne (et de réussir à le lire à la messe ) aussi est thérapeutique.

Bon. Allez. Je m’arrete là et vais profiter de Dakar. Je reviens bientôt Ici.

Je vous remercie pour tous vos petits mots, votre soutien, votre bienveillance J’en suis très touchée.

Je vous embrasse et vous souhaite un joli mois d’avril.

Alors nous y sommes.

J’y suis.

Show must go on…

Catégorie(s): Non classé

16 commentaires pour “Show must go on …”

    Astou

    8 avril 2018

    Très beau billet Gaelle … et effectivement je pense qu’il ne faut pas se retenir d’en Parler ou de pleurer, c’est Nécessaire et ça fait du bien … je t’envoi Plein de courage et d’ondes positives

    Répondre

      Gaelleprudencio

      8 juin 2018

      Bonjour Astou. Merci pour ton message. Toutes mes excuses pour cette réponse tardive. J’ai eu du mal à venir lire les commentaires.
      Je t’embrasse.

      Répondre

    ENDHAMATO Nadia

    8 avril 2018

    Tu as tout dit Gaëlle, ça fait plaisir de te relire. Gros ❤ sur toi pour ce moment éprouvant de la vie. Petit à petit la vie te paraîtra un peu plus douce, c’est une bonne idée de mémoriser ce contrat, ces lignes, je partage totalement tes mots et ton ressenti.
    😘😘

    Répondre

      Gaelleprudencio

      8 juin 2018

      Bonjour Nadia. Merci pour ton message. Toutes mes excuses pour cette réponse tardive. J’ai eu du mal à venir lire les commentaires.
      Je t’embrasse.

      Répondre

    Mariam

    8 avril 2018

    Bonjour Gaëlle,

    Je viens de lire ton message poignant et si fort à la fois.
    Je te présente toutes mes condoléances que ta cousine repose en paix et que la terre lui soit légère.
    Je t’embrasse fort et reviens nous vite.

    Bisous.

    Mariam

    Répondre

      Gaelleprudencio

      8 juin 2018

      Bonjour Mariam. Merci pour ton message. Toutes mes excuses pour cette réponse tardive. J’ai eu du mal à venir lire les commentaires.
      Je t’embrasse.

      Répondre

    Rd

    8 avril 2018

    Courage Gaelle tu as raison show must go on. Toutes mes condoléances et que ta petite soeur repose en paix

    Répondre

    Joumana Thoumas

    9 avril 2018

    ❤️

    Répondre

    big girl du 74

    10 avril 2018

    Je suis terriblement désolée pour ta famille et toi.
    Tu le sais pour l’avoir déjà vécu, la douleur laissera petit à petit de la place au reste, la vie reprendra son cours, jusqu’au moment où tu ne penseras plus à « elle » les larmes aux yeux mais le sourire aux lèvres.
    Ce sera plus ou moins long mais ce moment viendra je le sais moi aussi.
    Je t’embrasse.

    Répondre

      Gaelleprudencio

      8 juin 2018

      Bonjour Evelyne. Merci pour ton message. Toutes mes excuses pour cette réponse tardive. J’ai eu du mal à venir lire les commentaires.
      Je t’embrasse.

      Répondre

    Quenum

    12 avril 2018

    Bisous Gaëlle et courage… La famille ya rien de mieux !!!

    Répondre

    Victoria

    14 avril 2018

    Magnifique article j’avais les larmes aux yeux, je c’est à quelle point cella et douloureux de perdre un être cher, à quelle point c’est quelquefois difficile de reprendre ça vie  » normale « , surtout ci on à l’impression de mourir intérieurement chaque jours après la disparition de ce être, tout cella pour te dire que je trouve cella très courageux d’en parler ci ouvertement ! Bonne continuation à toi.

    Répondre

      Gaelleprudencio

      8 juin 2018

      Hello Victoria. Merci pour to message. Toutes mes excuses pour cette réponse tardive. J’ai eu du mal à venir lire les commentaires.
      Je t’embrasse.

      Répondre

Reagir