Hello mes beautés !

Le 15 février dernier, j’étais invitée dans les locaux de Facebook par le magazine Elle et le réseau social Instagram pour apporter mon témoignage au sujet du mouvement Body Positive. Vous pouvez suivre le replay de cette soirée et découvrir les différents témoignages à la fin de ce billet. J’ai hâte de lire vos retours.

Lorsque j’ai été approchée pour cet événement intitulé #Fieredemoncorps je me suis demandée si la révolution était en marche ou si c’était un moyen pour un magazine comme Elle de suivre la tendance Body positive qui s’est emparée dernièrement des médias.

Sérieusement : Elle + body positive + moi qui suis une femme noire, grosse et qui porte des cheveux naturels c’est tellement rare comme vision que j’étais vraiment surprise. C’est bien la preuve que tout est possible !

J’ai alors décidé de donner une chance à mes interlocutrices et ai pris le temps d’étudier la proposition.

Je suis ravie et tellement fière d’avoir accepté de participer à cet événement.

Cela m’a permis de porter mon message d’acceptation de soi auprès d’un public plus large que la communauté que j’ai réussie à fédérer tout long de ces années sur internet.

C’était aussi l’occasion de mettre l’accent sur des questions liées à la grossophobie ainsi qu’au manque de visibilité des corps non-normés dans les médias, des messages contradictoires envoyés par la presse féminine notamment à l’approche de l’été. 

Je travaille pour moi, mais aussi pour ma communauté.

Servir le mouvement Body positive pour moi, c’est aussi communiquer avec des interlocuteurs qu’on n’attend pas sur ces questions là et si cela permet de toucher ne serait-ce qu’une personne, j’aurais gagné mon pari.

Body Positive, ce n’est pas une histoire de mode ou de tendance pour moi. Ce mouvement là j’y suis depuis au moins 10 ans avec la création de mon premier blog et même depuis plus longtemps que cela mais je n’avais que 10 minutes pour parler de mon parcours.

Il s’agissait de raconter l’histoire de ce qui a mené la jeune fille à l’étroit dans son corps qui s’exprimait sur internet pour parler de son malêtre à moi, Gaëlle Prudencio.

Synthétiser ma pensée n’est pas un exercice facile surtout que j’ai tellement de choses à dire, à partager, à crier, à dénoncer que je m’emballe et vais dans tous les sens (sans compter ma voix qui monte dans les aigus quand je suis stressée !!). Heureusement qu’on apprend tous les jours et que j’ai réussi à sortir de ma zone de confort et à tenir le temps qui m’était imparti.

Cette soirée était aussi un moment privilégié pour découvrir le parcours inspirant de femmes qui ont transformé leurs blessures en force grâce à la créativité et pour qui le hashtag #bodypositive a été salvateur. 

Charlotte Husson , Julie Meunier et Julie Bourges : des femmes que je ne connaissais pas il y a quelques semaines et dont les témoignages sont tellement nécessaires pour comprendre que le mouvement Body positive n’appartient pas qu’aux grosses.

Ce mouvement est bénéfique et nécessaire pour tous et c’est en unissant nos forces que nous pourrons célébrer la différence.

Je pense notamment à ceux qui déclarent souvent « oh ce ne sont que des cheveux » lorsqu’on décide de passer au naturel et que c’est littéralement notre seul sujet de conversation.

Eh bien, non, « ce ne sont pas que des cheveux ».

Cette prise de conscience est insupportable lorsque vous accompagnez une femme qui perd les siens par poignées à cause de la maladie. Une femme qui doit réapprendre à vivre et à aimer son reflet dans le miroir sans ses cheveux.

Apprendre à s’accepter et à s’aimer à l’instant T. C’est tout un travail et croyez-moi, avoir des exemples de personnes qui y arrivent peut réellement aider. 

J’ai passé une super soirée. C’était enrichissant et tellement inspirant. J’étais très émue aussi de vous rencontrer et d’avoir vos retours sur mon travail. Vous me connaissez avec mes émotions là !

« Your vibe attracts your Tribe ».

Au delà d’avoir l’opportunité de partager mon histoire, ce que j’aime par dessus tout c’est de sortir des écrans pour vous rencontrer. Échanger avec vous, découvrir votre histoire, nos points communs et nos différences qui font notre richesse. Que ce soit à Paris, Dakar, Lyon et partout ailleurs je suis tellement reconnaissante de vous avoir. Merci 🙏

Et puis les locaux de Facebook ! On en parle ou pas ? Tout y est « instragrammable » en fait !

Et après ? Que se passe-t-il après cette soirée ? J’espère déjà que les personnes dans l’assemblée et celles qui ont vu/verront la vidéo en tireront le meilleur dans leur propre cheminement.

Mon souhait aujourd’hui est que ce message d’acceptation de soi ne soit pas uniquement porté par des femmes comme Julie(s), Charlotte ou moi. Que ce message soit aussi complètement assumé et relayé par les médias notamment la presse féminine qui ont un rôle à jouer dans cette révolution qu’est l’acceptation de la beauté sous toutes ses formes.

Merci à Mélanie d’Instagram pour l’invitation, ainsi qu’à Adèle, Emilie et toute l’équipe du Elle.fr pour leur accueil et leur bienveillance tout au long de la préparation de la soirée ainsi que pour cette initiative.

Je vous laisse découvrir le replay avec mon speech ci-dessous. J’ai hâte de lire vos retours.

Merci à Valérie d’avoir capturé quelques photos de ce moment. Les autres photos viennent de cet article récap sur le site du Elle (ici).

Je portais la jupe Ibilola dans son imprimé « Dakar » en longueur midi à retrouver sur le shop ici.


Photo Barbara Neyman

Photo Barbara Neyman

 


Poursuivons la conversation sur Facebook / Twitter / Instagram / Youtube 

fb


 

 

Rendez-vous sur  le shop pour commander une pièce de ma collection Ibilola !

Catégorie(s): Mode

12 commentaires pour “Célébrer le mouvement Body positive avec le magazine Elle et Instagram”

    Belline

    23 février 2018

    Très belle intervention, émouvante et qui je l’espère fera évoluer les mentalités. Vraiment fière de toi!

    Répondre

    Joumana Thoumas

    23 février 2018

    ❤️❤️❤️
    Juste waw!!!
    Bravoooo mon amie bravo…
    Ton intervention m’a emue comme toujours d’ailleurs… continues. Tu as trouvé ta voie. Ce pour quoi tu es faite. Je ne le dirais jms assez: Je suis fière de toi.

    Répondre

      Gaelleprudencio

      26 février 2018

      Oh merci ma chère Joumana. Ravie de te lire ici. Merci d’être toujours présente. Love you.

      Répondre

    Alexandra

    24 février 2018

    Je te félicite de ton speech et je tiens à te dire que je profite énormément de ton attitude et de ta démarche. Un grand merci et continue à me/nous inspirer.

    Répondre

    Valérie

    26 février 2018

    Bonjour, Gaëlle,
    Comment allez-vous ? 🙂
    Uniquement pour info, apparaît un message à l’emplacement de la vidéo: « Indiscponible..This video can(t be Embedded. Regarder sur Facebook. En savoir plus. ». N’ayant pas de compte Facebook et ne souhaitant pas nullement en créer un, je ne peux donc la visionner.
    A bientôt Gaëlle.

    Répondre

    Valérie

    26 février 2018

    Sans doute mon PC. Merci, Gaëlle. J’ai visionné votre intervention avec plaisir. 😉
    Votre questionnement sur l’événement Elle est tout à fait légitime et pertinent.

    Ce que je vais écrire ensuite n’engage que moi et personne d’autre que moi. Je l’écris en fredonnant. Money, celui d’Abba ou des Pink Floyd ? 😀
    Les annonceurs sont des suiveurs. Les publicitaires sont des suiveurs. La presse dite féminine l’est, prise entre le marteau et l’enclume. Dans ces mutations des médias, s’engager est une prise de risque qui pourrait paraître grande..Relayer l’info est moins risqué.. Présenter des pages mode habillant des corps tous différents est-il une si grande prise de risque ou répond-elle à une attente du lectorat ? Que veut la lectrice fidélisée, que veut la potentielle lectrice et que voulait celle qui a fini par quitter le lectorat ?

    Je pense que c’est à nous toutes, femmes, ensemble de continuer de nous exprimer et en cas ultime cas, d’agir. C’est une vraie prise de conscience de notre pouvoir d’expression, du poids de notre opinion et de notre pouvoir économique. Nous sommes décisionnaires. Si nous n’achetions, ne regardions, ne lisions, que se passerait-t-il ? Ceci n’est pas un appel au boycott, j’aime trop le papier pour cela et Elle est le moins pire de la presse dite « féminine » sans être le magazine féministe qu’il était à sa naissance.
    Seulement une invitation à réfléchir. Peut-être ensemble..

    Je fredonne Souchon : Femmes sentimentales ou pas, voyez comme on vous parle. : que veulent les femmes ? Quel idéal, rêve, espoir, motivation ont-elles ?

    Gaëlle, je tenterai de repasser dans la semaine dans d’autres sujets. Passez également une très bonne semaine, belle dame.

    Répondre

    My body, my story – ALICE'S CURVES

    4 mars 2018

    […] En zappant sur Instagram au début de la création de mon compte, je suis tombée sur le compte de Frenchcurvesfashion ( https://www.instagram.com/frenchcurvesfashion/?hl=fr ). J’ai découvert une communauté de frenchcurvettes et la personne initiatrice de ce mouvement : Gaëlle Prudencio. Cette femme est incroyable, elle me donne la pêche à lecture de ses articles, ses posts et ses stories Instagram. Elle a été invitée dernièrement par le magasine « ELLE » chez Facebook pour nous parler de ce mouvement bodypositive. Vous pouvez retrouver son ressentiment et son discours sur son blog : http://gaelleprudencio.com/2018/02/23/body-positive-elle-magazine-instagram/ […]

    Répondre

    De Souza

    22 mars 2018

    Bonjour Gaëlle

    Chapeau pour ton courage, tu es délicieuse. J’aime beaucoup ton style. Mais j’aime particulièrement ta voix et suis toujours étonnée que tu ne chantes pas.
    Ceci dit STP, d’où vient la chemise blanche que tu portes avec la jupe Jaune Ibilola?

    Répondre

      Gaelleprudencio

      22 mars 2018

      Hello merci beaucoup !!
      Non le chant faut oublier 😱😱😱
      C’est une chemise River Island malheureusement sold out 😔

      Répondre

Reagir